La santé
par la nutrition

Categories Menu

Réduire sa consommation énergétique pour améliorer sa santé dans l’assiette

Posté le 30 Mar, 2016 dans Actualités | 0 commentaires

Réduire sa consommation énergétique pour améliorer sa santé dans l’assiette

Les enjeux de nos modes de vie en matière de changement climatique sont de plus en plus établis, y compris sur le versant alimentaire. L’équipe de Marco Springmann de l’Université de Oxford a ainsi évalué l’incidence du réchauffement sur la disponibilité alimentaire et les conséquences en matière de santé, notamment sur le poids, les régimes alimentaires et les taux de mortalité, dans 155 régions du monde entre 2010 et 2050.

Les prévisions ne laissent rien présager de bon si aucun changement de tendance n’est entrepris. Dans le scénario où le réchauffement climatique se poursuit selon la même tendance d’ici à 2050, la disponibilité alimentaire diminuerait de 99 kcal par personne et par jour (3,2%), alors qu’elle pourrait augmenter de 289 kcal par personne et par jour (10,3%) en l’absence de réchauffement. Les variations seraient par ailleurs significatives selon la géographie. L’Afrique serait la plus touchée avec une diminution de la quantité de nourriture consommée de 122 kcal par personne et par jour, suivie par l’Asie du Sud-Est (116 kcal), et les pays du Pacifique Ouest (111 kcal).

L’étude met ainsi en évidence une prévision de 529 000 décès dans une telle situation, du fait de ses conséquences sur la dénutrition et la consommation de fruits et légumes (diminution de 14,9 grammes individuellement et quotidiennement) dans les pays à fort revenu. En revanche, la prise de mesures pour freiner et limiter le changement climatique permettrait de faire baisser le nombre de décès de 29 à 71% selon les scénarios les plus positifs. A l’image du colibri, le changement collectif à partir des actions individuelles est donc plus que jamais d’actualités. Être responsable dans son assiette commence par l’être envers la Terre.

Quelques résultats clés :

  • Dans le cas d’un scénario sans changement climatique, le modèle agricole projette une augmentation de la disponibilité globale de la nourriture (augmentation de 289 kcal / personne / jour entre 2010 et 2050, soit 10,3 %), de la consommation de fruits et légumes (augmentation de 35,8 g / personne / jour) et de la consommation de viande rouge (augmentation de 3,9 g / personne / jour).
  • Dans le cas d’un scénario avec changement climatique, la quantité de nourriture disponible serait amoindrie (99 kcal de moins par personne et par jour, soit 3,2% de réduction), avec une diminution de la consommation de fruits et légumes (14,9 g de moins / personne / jour, soit 4%) et de viande rouge (0,5 g de moins / personne / jour, soit 0,7%) par rapport au scénario de 2050 sans changement climatique.
  • Les plus grands contributeurs des décès liés au climat seraient des changements dans les régimes alimentaires, en particulier la diminution de la consommation de fruits et légumes dans les pays à revenu élevé.
  • 529000 décès seraient liés aux modifications climatiques en 2050 : cela représente une diminution de 28% du nombre de décès qui pourraient être évités s’il n’y avait pas de changement climatique majeur, autrement dit dans le cas où la disponibilité alimentaire augmenterait.

 

Source : Springmann M, Mason-D’Croz D, Robinson S, Garnett T, Godfray HCJ, Gollin D, Rayner M, Ballon P, Scarborough P. Global and regional health effects of future food production under climate change: a modelling study. The Lancet March 2, 2016.

Anthony Berthou

Partagez cet article !

Facebook Twitter Google Plus Viadeo LinkedIn

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *