La santé
par la nutrition

Categories Menu

Est-il bon de jeûner ? Peut-on jeûner et faire du sport ?

Posté le 6 Juin, 2016 dans Articles Santé | 13 commentaires

Est-il bon de jeûner ? Peut-on jeûner et faire du sport ?

Historiquement pratiqué pour des motivations d’ordre religieux ou thérapeutique, le jeûne est depuis quelques années mis en avant pour ses effets sur le bien-être, y compris dans le milieu sportif. Or la simple évocation du mot « jeûne » peut en refroidir plus d’un, tant il renvoie à la notion de restriction : il se caractérise en effet par une période de privation de nourriture, voire de boissons. Le jeûne existe depuis la nuit des temps et est souvent pratiqué par nécessité, quand la nourriture vient à se faire rare. La pratique historique du jeûne s’appuie sur les principes de la purification. Celle-ci permettrait de s’approcher de la source de toute spiritualité, recherche inhérente de l’Homme. De nos jours, le jeûne est également pratiqué dans un but de « détox », engendrant d’ailleurs une confusion fréquente dans les termes avec le principe de la détoxication hépatique. Les sportifs sont également de plus en plus nombreux à y avoir recours dans la perspective d’accroître leurs performances. De plus, au regard de la quantité d’énergie que le système digestif requiert au quotidien, il semble légitime de se demander si sa mise au repos ne pourrait pas être bénéfique !

Il existe différents types de jeûnes intermittents :

  • La méthode 16/8 : elle consiste à jeûner 16 heures sur 24, ce que font déjà beaucoup de personnes sans le savoir en sautant le petit-déjeuner !
  • La méthode 5/2 : Brad Pilon est l’un des piliers de cette méthode basée sur la consommation de 500 kcal par jour réparties entre 2 repas. Les méthodes 16/8 et 5/2 sont destinées à des pratiques occasionnelles pour mettre le système digestif au repos.
  • Jeûner 1 jour sur 2 : cette méthode est par exemple suivie au cours de retraites spirituelles.
  • La sanogénèse (jeûne thérapeutique) : elle doit être réalisée par des professionnels compétents dans ce domaine, et est pratiquée pour des raisons thérapeutiques (cancer, pathologies inflammatoires chroniques…).
  • Réaliser un jeûne quand on veut / peut : il s’agit de la méthode la plus intuitive, à réaliser en fonction de vos sensations (après un repas trop copieux par exemple !).

Pour ceux qui seraient tentés par l’expérience du jeûne, sachez qu’une pratique occasionnelle n’entraînera pas de carences, car l’organisme sait s’adapter. Les réserves de votre dernier repas vont tout d’abord être utilisées, puis le foie, les muscles et le tissu adipeux (ces fameuses poignées d’amour !) vont fournir des substrats pour permettre le fonctionnement de vos autres organes. Après environ 3 jours de jeûne une nouvelle voie de production d’énergie se met en place, ce qui rend cette phase délicate et peut entraîner une sensation de fatigue ou une baisse de vigilance. Après cette période de transition vous retrouvez votre énergie et votre vitalité.

Mettre votre système digestif au repos permet d’économiser une part de votre énergie qui aurait servi à son fonctionnement, mais le jeûne intermittent présente également des intérêts au niveau de la santé, notamment une régulation des mécanismes inflammatoires associés à certaines pathologies (obésité, arthrose, lupus, diabète de type 1…). En revanche peu d’études existent sur la pratique du jeûne chez les sportifs.

Est-il nécessaire de jeûner ?

Une telle question mérite une réponse à la normande, tant le sujet est complexe. Les conclusions varient selon les études réalisées, sur l’homme ou sur l’animal, selon l’état de santé, le poids initial, le type de jeûne, la durée… Si vous décidez de vous lancer dans un jeûne intermittent, voici alors quelques conseils :

  • Hydratez vous (minimum 2 à 2,5 L d’eau, tisanes ou thé par jour) afin d’éliminer les toxines produites lors de cette période de « détoxification » de l’organisme.
  • Maintenez des apports protéiques adaptés au cours des périodes de prise alimentaire (environ 1,2 g de protéines / kg de poids corporel / jour), en particulier si vous êtes sportif, au risque de voir votre organisme puiser dans vos réserves musculaires…
  • Soyez vigilant à consommer suffisamment de graisses de qualité (oméga 3) entre les périodes de jeûne, idem pour les végétaux.
  • Si vous vous lancez juste dans l’aventure, consultez un professionnel de santé qui vous apportera quelques recommandations et vous précisera les éventuelles contre-indications tenant compte de votre santé.

Bon appétit !

Et si vous avez envie d’approfondir le sujet et mes conseils, c’est par ici !

 

Historiquement pratiqué pour des motivations d’ordre religieux ou thérapeutique, le jeûne est depuis quelques années mis en avant pour ses effets sur le bien-être, y compris dans le milieu sportif. Est-il pertinent de jeûner ? Quels sont les différents types de jeûnes et comment les pratiquer ? Quels sont les risques potentiels et les bénéfices attendus ? Peut-on à la fois jeûner et faire du sport ? Voyons tout ceci en détails.

Pourquoi jeûner ?

La simple évocation du mot « jeûne » peut provoquer un mouvement de recul tant il renvoie à la notion de restriction. Jeûner venant du latin classique jejunus, « qui n’a rien mangé », il se caractérise en effet par une période de privation de nourriture, voire de boissons. Entre les 12 heures qui séparent votre dernier repas de votre prise de sang, les 40 jours d’abstinence alimentaire pratiqués par motivation religieuse, le jeûne thérapeutique de 5 à 7 jours, la nuance s’avère toutefois de rigueur.

Jeûner peut même atteindre son paroxysme avec la pratique de l’inédie ou du pranisme, à l’instar du Yogi Prahlad Jani qui affirme, bien que les résultats soient encore débattus (1), avoir vécu depuis l’âge de 8 ans, soit pendant plus de 70 ans sans nourriture ni eau, après avoir été béni par la déesse Amba Mata. De l’Orient à l’Occident et dans la plupart des sociétés traditionnelles, le jeûne a depuis toujours joué un rôle central dans la genèse des religions. Avant de recevoir la Parole de Dieu, Moïse est monté au mont Sinaï et a jeûné pendant 40 jours. Jésus s’est lui aussi retiré 40 jours dans le désert pour jeûner alors que Mahomet a jeûné avant que le Coran ne lui soit révélé. La dimension religieuse associée au jeûne est donc très importante dans cette pratique. Dans la religion bouddhiste, Siddharta Gautama a lui aussi choisi cette voie de la révélation. Le jeûne occupe donc une place majeure, essentiellement sous un aspect liturgique ou de rituels : individuel ou collectif, en fonction des saisons ou du calendrier religieux, abstinence totale ou partielle, hydrique ou sec (sans prise de liquides).

La pratique historique du jeûne s’appuie sur les principes de la purification. Celle-ci permettrait de s’approcher de la source de toute spiritualité, recherche inhérente de l’Homme. Le jeûne représente ainsi une forme de pensée conciliante – un principe convergent – à l’ensemble des religions. Mais pas uniquement. En médecine également, le jeûne occupe une place de choix. Les chamans y ont recours pour permettre à l’individu, au-delà de la purification, d’affaiblir son niveau de résistance physique et ainsi de faciliter son accès au monde des esprits. Il y a environ 2500 ans, Hippocrate aurait quant à lui affirmé : « Il faut être mesuré en tout, respirer de l’air pur, faire tous les jours (…) de l’exercice physique et soigner ses petits maux par le jeûne plutôt qu’en recourant aux médicaments », principe repris et développé par Hildegarde von Bingen, puis par le Dr Kousmine. Le jeûne s’intègre donc dans une approche holistique de la santé, au sein de laquelle « le moins devient un plus ». Il permettrait au corps et  à l’esprit d’accéder à ses pleines ressources de vitalité, voire de guérison. Dans cette continuité, le jeûne est aujourd’hui pratiqué dans un but de « détox », engendrant d’ailleurs une confusion fréquente dans les termes avec le principe de la détoxication hépatique. Les sportifs sont également de plus en plus nombreux à y avoir recours dans la perspective d’accroître leurs performances.

Le jeûne existe depuis la nuit des temps, et est souvent pratiqué par nécessité. Les habitudes alimentaires de la plupart des mammifères (hormis les animaux domestiqués) se caractérisent en effet par des périodes de jeûne de durée variable et déterminées par la disponibilité des aliments. Ainsi la prise alimentaire des carnivores peut représenter à peine quelques repas par semaine (2), à l’instar des populations vivant encore selon le modèle ancestral qualifié de chasseur-cueilleur (3, 4). Ce n’est effectivement qu’avec l’apparition de l’agriculture, il y a environ 10 000 ans, que l’Homme a structuré son rythme quotidien par la prise de trois repas par jour, avant tout pour des raisons sociales. Pour autant et à la défaveur des nombreux articles vulgarisés mentionnant que l’Homme connaît des périodes de jeûne prolongé depuis la nuit des temps, le Pr Cordain, expert dans l’alimentation de type paléolithique, a publié une synthèse mentionnant que rien ne permettrait de supposer que l’Homme fut soumis à des périodes de jeûne prolongé, que ce soit à l’époque paléolithique ou au sein des populations actuelles ayant conservé une alimentation de type chasseur-cueilleur (5). Il n’en demeure pas moins que l’Homme possède naturellement de formidables capacités d’adaptation à son environnement, y compris en ce qui concerne la fréquence des prises alimentaires. Notre foie dispose par exemple de glycogène pour maintenir si besoin la glycémie constante entre les repas, nos muscles également pour assurer la contraction musculaire, ce stock pouvant par exemple tripler en cas de pratique sportive intensive. Sans compter sur les réserves localisées dans ces fameuses poignées d’amour, le tissu adipeux. Il est par ailleurs légitime de s’interroger sur l’intérêt de la mise au repos régulière du système digestif, au regard de la quantité d’énergie qu’il requiert au quotidien et de sa sollicitation permanente, à l’instar des animaux  se mettant « au vert » en cas de difficulté digestive ou d’infections. Alors, pourquoi pas nous ? Nous voilà au cœur du sujet.

Les différents types de jeûnes

Nous n’aborderons pas ici le jeûne pouvant atteindre plusieurs semaines, notamment pour des motivations d’ordre religieux, mais ce que l’on appelle communément la jeûne intermittent ou intermittent fasting. Pour chacune de ces méthodes, l’eau est autorisée, de même que les infusions, le thé ou le café pour les irréductibles, même si personnellement je déconseille ce dernier pendant la pratique du jeûne. De même, les jus de fruits ne sont pas autorisés du fait de leur teneur en sucres. Ne parlons pas des sodas… y compris light…

  • Jeûner 16 heures par jour

Il s’agit d’une méthode quotidienne, également appelée 16/8. Le principe est que vous jeûniez pendant 16 heures, en incluant la durée de sommeil (ce qui facilite grandement la tâche). Puis vous mangez au cours des 8 heures suivantes, de manière structurée sous la forme de deux à trois repas. Vous pouvez par exemple dîner, dormir, puis jeûner jusqu’au déjeuner. Ce que pratiquent finalement beaucoup de personnes sautant le petit déjeuner. Cette méthode peut paraître simple de prime abord. Se pose toutefois la question de ce que vous pouvez manger au cours des 8 heures de prise alimentaire. Vous aurez des éléments de réponse dans cet article.

  • Jeûner pendant 24 heures 1 à 2 fois par semaine

Comme le titre l’indique, le jeûne dure 24 heures : une fois votre petit-déjeuner terminé, vous attendez jusqu’au lendemain pour reprendre un nouveau petit-déjeuner. Idem si vous préférez vous caler sur le déjeuner ou sur le dîner, etc. Vous reproduisez le schéma chaque semaine, idéalement à deux reprises. La plupart des études réalisées chez l’Homme sont réalisées sur la base de cette méthode lorsque le jeûne intégral est étudié, mais également lorsqu’un régime à basses calories, dit de restriction calorique, est proposé en substitution, de l’ordre de 500 kcal par jour réparties sur deux repas. On parle alors de la méthode 5/2. Brad Pilon, figure emblématique du jeûne sur internet, fait partie des pionniers médiatiques de cette méthode (pour ceux d’entre vous qui seraient curieux d’y jeter un œil, voici son site : bradpilon.com). Vous pouvez également opter tout simplement pour cette méthode occasionnellement, selon vos envies et ressentis. A chacun de trouver chaussure à son pied.

Les méthodes 16/8 et 5/2 sont destinées à des pratiques occasionnelles, permettant de mettre notamment le système digestif quelque peu au repos.

  • Jeûner 1 jour sur 2

Selon plusieurs études menées chez les souris, il s’agit de la méthode la plus efficace pour une longévité optimale, certains résultats mentionnant une augmentation de la durée de vie de 20%. Toutefois, et je développerai toutes les nuances au cours de l’article, au-delà de la pertinence scientifique d’une telle méthode, son application au long terme relève d’un véritable choix d’hygiène de vie, tant nutritionnel que social et familial. Une solution intermédiaire pour certains est de limiter la prise alimentaire à 500 kcal par jour de restriction calorique au lieu de jeûner totalement.

Pour des raisons religieuses, ce type de jeûne est parfois associé à une absence totale de prise de liquides dans l’objectif d’accroître encore la purification. C’est par exemple ce que vous pouvez réaliser au cours de retraites Nyoung-né, une pratique bouddhiste de purification autant physiologique que spirituelle, s’appuyant sur la compassion universelle et basée sur des cycles de deux jours, pouvant s’étendre sur une à deux semaines, et au cours desquelles vous alternez 36 heures de jeûne total avec 12 heures de prise alimentaire.

  • Le jeûne thérapeutique

Ce jeûne, également appelé sanogénèse, doit être réalisé sous contrôle par des professionnels compétents dans ce domaine. Il s’agit d’un jeûne pouvant s’étendre en général sur une à trois semaines et réalisé pour des raisons – vous l’aurez compris – thérapeutiques, en particulier dans le cadre de traitements du cancer ou de pathologies inflammatoires chroniques. Plusieurs cliniques sont spécialisées, notamment en Suisse et en Allemagne, la méthode Buchinger étant la plus connue. Elle a été créée par le médecin du même nom, qui s’est vu décerner l’ordre du mérite de la République Fédérale d’Allemagne en 1953 pour avoir exploré cette voie thérapeutique. Pour les intéressés, je vous conseille le reportage diffusé à plusieurs reprises sur Arte « Le jeûne, une nouvelle thérapie » et téléchargeable moyennant quelques euros sur le web. Très bien documenté et pédagogique, le réalisateur Thierry de Lestrade développe l’historique, les méthodes et les objectifs du jeûne thérapeutique. Il y présente notamment plusieurs expériences menées en Union Soviétique dans les années 50 avec des résultats particulièrement étonnants sur de nombreuses pathologies chroniques. Un livre a d’ailleurs été publié suite au reportage.

 

Des stages proposent des jeûnes d’une certaine durée : mais compte tenu des implications physiologiques et psychologiques, je vous conseille vivement, si vous êtes intéressé(e), de vous renseigner sur les compétences des professionnels encadrants. En effet, une telle pratique n’est pas sans conséquences pour l’organisme en cas d’existence ou d’antériorité de pathologies et de troubles du comportement (y compris alimentaires). Un certain nombre de précautions, voire de contre-indications, sont donc à prendre en compte avant de se lancer aveuglément dans l’aventure.

  • Réaliser un jeûne quand on peut / veut

Le plus intuitif des jeûnes. Vous jeûnez en fonction de vos sensations : quand vous avez trop mangé, ou à l’inverse à l’approche d’un repas copieux, quand vous êtes en déplacement et que vous souhaitez éviter le sempiternel sandwich-triangle industriel.  J’entends déjà certains d’entre vous dire : « mais je vais faire un malaise, je vais tomber en hypoglycémie, surtout si je m’entraîne entre midi et deux, si j’ai un travail manuel, si j’ai besoin de concentration, etc. » De la même façon, les professionnels de la nutrition un peu figés (j’ose le terme… gentiment) vous diront « mais c’est du grand n’importe quoi ! Encore une méthode farfelue qui ne remplacera pas un repas structuré et qui va vous induire des carences. » C’est occulter les nombreux travaux déjà réalisés et apportant un certain nombre d’arguments favorable à cette pratique. Vous pouvez donc être rassuré(e). Et ce à plusieurs titres.

Le premier, c’est que vous n’allez pas vous carencer en jeûnant un repas… Une assiette de pâtes blanches avec du jambon industriel dopé aux antibiotiques, gorgé d’eau, de sel et d’additifs, une compote industrielle et un yaourt (0% bien sûr !) peut tout autant vous mettre en état de déficit. Votre équilibre nutritionnel se définit par la globalité de votre alimentation à court et à long terme. C’est comme cette vieille idée selon laquelle il faut éviter les glucides le soir au risque de prendre du poids ou encore manger une grande assiette de pâte le midi pour « tenir » toute l’après-midi.  C’est le meilleur moyen de dormir pendant votre réunion de 14h. Mais c’est là un autre sujet…

Par ailleurs, si vous adoptez une alimentation dans laquelle vous privilégiez des graisses et des protéines de qualité, des végétaux et des glucides à faible indice glycémique, votre organisme s’habitue naturellement à secréter moins d’insuline, ce qui vous permettra de mieux supporter un jeûne. A l’inverse, si vous consommez beaucoup de produits sucrés ou de glucides à indice glycémique élevé, votre glycémie va jouer au yo-yo au cours de la journée et l’effet d’un jeûne de 8 à 12 heures se fera alors ressentir d’autant plus fortement. C’est un peu comme l’entraînement, amusez-vous à faire un marathon sans entraînement, cela peut vous laisser quelques souvenirs…

La sensibilité à l’insuline : c’est là, à mon sens, le principal intérêt du jeûne intermittent, ou plus modérément d’une alimentation limitant tout excès de glucides, surtout à indice glycémique élevé ou grignotés au cours de la journée.

Que se passe-t-il dans votre corps quand vous jeûnez ?

Au cours des premières heures, votre corps utilise les nutriments consommés au cours de votre dernier repas pour vous apporter de l’énergie, en particulier les glucides qui vont parvenir dans le sang au fur et à mesure de votre digestion. Si vous avez consommé peu de glucides ou après quelques heures lorsque votre digestion est terminée, votre foie prend le relais pour nourrir en glucose vos organes dits glucodépendants, en particulier votre cerveau. Pour obtenir l’énergie nécessaire à la contraction musculaire au cours d’un effort ou de votre votre journée, vous utilisez le glycogène stocké dans vos muscles. Une partie de l’énergie va également être puisée dans les réserves de graisses, et dans une moindre mesure à partir de protéines. Vous arrivez à la phase la plus délicate du jeûne. Vous pouvez alors ressentir une fatigue, une faim importante, une baisse de vigilance et de performances, voire des troubles de l’attention. Le ressenti au cours de cette période varie beaucoup selon les individus et leur état nutritionnel, mais il s’agit globalement d’une période de transition nécessaire pour permettre à votre organisme de mettre en route des voies de production d’énergie alternative, ce que l’on appelle la voie des corps cétoniques, ou cétogenèse. Produits par le foie, les corps cétoniques sont principalement utilisés par les cellules musculaires et nerveuses. Ils représentent en effet un carburant alternatif au glucose pour le cerveau et peuvent représenter jusqu’à 70% de l’énergie utilisée par cet organe au cours des jeûnes prolongés. Ils contribueraient par ailleurs à accroître les fonctions cognitives à court terme chez des patients atteints de démence (6).

L’équipe de Carlson a étudié dès 1994 cette voie énergétique alternative. Six hommes volontaires en bonne santé se sont prêtés à un jeûne de 60 heures. Durant ce jeûne, la production hépatique de glucose a diminué de 30%, tandis que la quantité de glycérol et d’acides gras libres a augmenté. Ces résultats mettent en évidence la priorité donnée par l’organisme pour réserver le glucose aux organes en ayant le plus besoin, alors que les autres cellules utilisent elles les acides gras stockés dans les réserves adipeuses puis les corps cétoniques. A noter que cette étude a également mis en évidence une augmentation de 50% des taux plasmatiques de Leucine, traduisant une protéolyse accrue du tissu musculaire au terme de l’expérience (7).

La période de « transition », avant que la cétogenèse ne se mette en place, dure environ 3 jours (de 2 à 4 jours selon les individus), c’est le point de bascule au terme duquel vous vous sentez mieux, vous retrouvez votre énergie, votre vitalité, voire vous vous retrouvez dans un état euphorisant, provoqué par la production de ces corps cétoniques. Certains peuvent toutefois ressentir ce que l’on appelle la « crise d’acidose » se traduisant par des nausées et des migraines transitoires. Un des signes évocateurs est par ailleurs… la mauvaise haleine. En effet, l’acétone est un des corps cétoniques éliminé par les poumons. Demandez donc à votre conjoint(e), il (elle) saura vous confirmer que vous êtes sur la bonne voie ! C’est sur ce principe que reposent d’ailleurs les régimes hyperprotéinés visant à stimuler l’amaigrissement par la privation quasi-totale des glucides alimentaires. A la différence du jeûne, ces régimes contiennent de grandes quantités de protéines pour favoriser la satiété et surtout pour protéger votre tissu musculaire. Le cas échéant, c’est un peu comme si vous utilisiez les poutres de votre plafond pour faire fonctionner votre cheminée : vous allez consommer vos protéines musculaires, structures essentielles du corps humain, pour fabriquer de l’énergie. Les précautions sont donc de mise. La consommation de protéines alimentaires permet d’éviter, ou plus exactement de limiter, l’utilisation des protéines corporelles tout en assurant leur renouvellement quotidien. Vous produisez également beaucoup de déchets azotés pendant cette période, boire davantage est donc indispensable (environ 2 à 2,5 litres par jour en dehors de la pratique sportive).

Ainsi, le risque est que vous continuiez à brûler vos poutres pour vous chauffer… Si ce dernier se prolonge, la protéolyse devient alors importante et les risques de fonte musculaire également. De même, les personnes minces et disposant de peu de réserves musculaires voient leur susceptibilité aux infections augmenter, le système immunitaire étant un grand consommateur d’acides aminés, en particulier de glutamine. Les cellules de vos intestins ont également besoin de cet acide aminé. Un déficit d’apport important et chronique pourrait alors se traduire par une altération de la muqueuse intestinale, notamment chez le sportif d’endurance. Cette protéolyse associée représente le principal argument des professionnels de santé déconseillant la pratique du jeûne, ou des régimes à forte restriction calorique. D’autres conséquences peuvent pointer le bout de leur nez sur le long terme : vous pouvez vous acidifier et vous déminéraliser en conséquence, réduire votre métabolisme basal et donc la quantité d’énergie que vous dépensez au repos, accroître le travail rénal pour éliminer les déchets ainsi produits et le travail hépatique. A lire ces quelques lignes et à l’instar de vos muscles, vous risquez de voire votre envie de jeûner fondre comme neige au soleil… Heureusement, la défense dispose d’arguments solides.

Votre système digestif se repose, vous gagnez de la vitalité et de la lucidité

C’est une évidence : vous ne mangez pas, donc par conséquent vous ne digérez pas. Et au regard de la quantité d’énergie utilisée et du niveau de sollicitation que nous imposons à nos organes digestifs au quotidien, leur donner un peu de répit peut apparaître salutaire, en particulier après les fêtes ou les excès. Le jeûne provoque ainsi chez bon nombre de personnes, une fois la transition de 2-4 jours réalisée, un regain de vitalité et de lucidité donnant l’impression « d’y voir plus clair ». Certaines études mettent par ailleurs en évidence une optimisation des fonctions cognitives (8). Oui, mais. Nous l’avons évoqué, le jeûne produit de nombreux déchets et peut être à l’origine de maux de têtes, parfois difficilement supportables. Boire permet de limiter ces conséquences mais demande un travail accru de la part de vos reins et de votre foie. Par ailleurs si vous optez pour un jeûne supérieur à deux jours, l’encadrement par un professionnel de santé permettra de vous rassurer et de vous guider, au moins pour une première fois, voire d’adapter votre programme si besoin. Un des bénéfices de l’élimination des toxines accumulées au cours du temps est de permettre aux émonctoires d’être plus efficaces, ce qui peut se traduire par une amélioration de la qualité de la peau, voire de troubles tels que l’acné ou l’eczéma.

La faim, un ennemi ponctuel qui peut être leurré

La faim est consécutive à l’absence de prises alimentaires bien sûr, mais aussi à la survenue des hypoglycémies. La production de corps cétoniques permet de réduire voire de supprimer cette sensation, mais comme évoqué il faudra s’armer de patience et de volonté jusqu’au troisième jour de privation glucidique ou de jeûne. Par ailleurs, en cas de jeûne 16/8 ou 5/2, vous munir de votre meilleure alliée – votre bouteille d’eau – vous permettra de voire la faim s’éloigner, celle-ci revenant souvent par cycle, comme pour le sommeil. La pratique régulière du jeûne intermittent permet aussi de dépasser cette sensation de plus en plus facilement. Vous concentrer sur d’autres tâches facilitera aussi la bonne tenue du jeûne. Si vous restez devant la tablette de chocolat en vous persuadant que vous ne devez pas la manger de la journée, il se pourrait que les heures apparaissent plus longues… ou alors vous avez envie de tester votre mental d’acier (ou votre masochisme ?).

La perte de poids

Si l’on corrèle les habitudes de vie des soixante-dix dernières années au nombre de calories consommées chaque jour et à l’évolution de l’obésité, on constate aisément l’existence de liens étroits, étant bien établi que d’autres facteurs peuvent intervenir. Ces liens sont par ailleurs également mis en évidence chez les animaux domestiqués et non chez les animaux sauvages (9, 10).

Figure 1 : L’augmentation de l’obésité est fortement corrélée aux calories ingérées quotidiennement et à un mode de vie sédentaire (Source : 84).

Analyse également logique : vous jeûnez, donc vous réduisez vos apports caloriques, donc vous maigrissez. Là aussi, quelques précisions s’imposent. Nous l’avons vu, vous perdez de la masse grasse dans un premier temps, mais aussi malheureusement de la masse musculaire, ce qui n’est pas en faveur de votre santé ou de vos objectifs, la masse musculaire permettant non seulement à votre organisme de tonifier votre silhouette, mais aussi de maintenir une dépense énergétique au repos plus importante. Les études menées chez l’Homme mettent en évidence une efficacité du jeûne intermittent sur l’amaigrissement à long terme surtout chez les personnes obèses ou en surpoids (11). Par ailleurs, rester vigilant quant à la quantité de protéines alimentaires consommées en dehors des périodes de jeûne est essentiel, de l’ordre de 1,2 g de protéines / kg poids corporel / jour, soit environ 85 g pour une personne de 70 kg. Toute la difficulté réside dans l’atteinte de ces valeurs au cours des 8h restantes de prise alimentaire, soit environ 30 à 40g de protéines par repas. Cette difficulté est d’autant plus forte chez les personnes soucieuses de limiter leur consommation globale de protéines animales pour des raisons philosophiques ou éthiques. Et si nous allons encore plus loin, l’idéal serait de compenser le déficit protéique au cours de la journée suivant un jeûne de 24 heures par un apport minimal de 1,5 g protéines/kg poids corporel/jour, ou du moins par un apport immédiat de protéines riches en BCAA après l’entraînement suivant le jeûne. Si vous jeûnez occasionnellement, rassurez-vous, votre organisme s’adaptera. Si par contre vous pratiquez régulièrement, une attention particulière devra alors être portée sur ce point, au même titre que l’hydratation. De même, si vous souhaitez protéger votre tissu musculaire en période d’entraînements intenses ou de prise de masse musculaire, les études mettent en évidence une meilleure synthèse protéique lorsque les apports sont fractionnés au cours de la journée, la période ne sera donc pas favorable. A noter que le fractionnement des prises augmente l’appétit (12).

Jeûne intermittent et santé

Rentrons désormais davantage dans les arguments scientifiques en matière de santé. La vie quotidienne standard occidentale est classiquement orchestrée autour de trois principaux repas selon le rythme circadien. Nous commençons généralement la journée par un « breakfast », littéralement par la rupture du jeûne de la nuit. Au regard de l’évolution de nos habitudes alimentaires des dernières décennies, au cours desquelles les grignotages sont devenus monnaie courante, on peut se poser la question des liens possibles de telles répétitions de prise alimentaire sur la prévalence des maladies de civilisation (ou maladies de « pléthore »), en pleine explosion rappelons-le. Pour rappel, le rythme circadien se traduit par des variations physiologiques, métaboliques et neuroendocriniennes au cours de la journée, en réponse, entre autres aux changements de luminosité. Ces variations sont notamment rendues possibles grâce aux nombreuses connexions existant entre le système nerveux et les photorécepteurs de la rétine. Une étude a mis en évidence que l’expression-même de nos gènes est influencée par le rythme circadien à hauteur de 10% (13). Les liens entre le travail nocturne et l’augmentation des risques d’apparition de pathologies cardio-vasculaires, de diabète, d’obésité, de certains types de cancer ou de troubles dégénératifs sont d’ailleurs bien établis (14, 15). Au delà de l’effet de la luminosité, le moment de prise alimentaire modifie également le métabolisme de nombreux tissus, en particulier du foie, des muscles et du tissu adipeux (16). Un décalage des prises alimentaires par rapport au rythme circadien induit, et ce malgré une consommation identique du nombre de calories, une résistance à l’insuline, une augmentation de la pression artérielle et une réduction de la sécrétion de l’hormone de la satiété, la leptine (17). A l’inverse, une prise alimentaire matinale, davantage en phase avec le rythme circadien, semble associée à une perte de poids plus efficace chez les patients obèses ou en surpoids (18, 19).

Chez l’animal, la privation de nourriture et la restriction calorique semble toutefois affecter le rythme circadien : en effet, certains animaux nocturnes se voient alors devenir partiellement diurnes. La réduction de la fréquence et du nombre de repas modifierait le fonctionnement du chef d’orchestre du rythme circadien, le noyau suprachiasmatique, en particulier sa synchronisation à la lumière (20).

Figure 2 : Schéma fonctionnel de l’organisation du système du rythme circadien (Source : 20).

La pratique du jeûne intermittent permet, chez la souris, une meilleure adaptation au stress en augmentant les enzymes antioxydantes et en réduisant à l’inverse les dommages oxydatifs. Une étude menée pendant 4 semaines chez des souris femelles soumises à un jeûne intermittent un jour sur deux, ou à une restriction calorique de 50%, met par ailleurs en évidence  une diminution du tissu adipeux viscéral et une augmentation du tissu adipeux sous-cutané, traduisant ainsi une réduction des risques cardio-vasculaires notamment (21).

Au niveau cérébral, le jeûne semble protéger les neurones des troubles dégénératifs, notamment des maladies d’Alzheimer et de Parkinson (22), voire du vieillissement d’une manière générale (23). Il stimule également la production de protéines neuro-protectrices, en particulier de protéines dites chaperonnes et intervenant dans la modulation du stress, les HSP-70 et GRP-78 (24-26).

Le jeûne intermittent semble avoir des effets bénéfiques sur le fonctionnement cardiaque en réduisant les risques d’infarctus chez l’animal (27). De manière générale, de nombreuses études mettent en évidence un bénéfice significatif sur les capacités cellulaires d’adaptation aux situations de stress physiologique, y compris contre certaines formes de cancer (8, 28, 29). Une étude menée chez l’animal met en évidence une réduction de la croissance et du nombre de cellules tumorales dans des cas de neuroblastomes, de cancers de l’ovaire et du sein, lorsque la chimiothérapie est réalisée en combinaison avec de courts cycles de jeûne. Les auteurs avancent également que si cet effet positif est confirmé dans des études cliniques, des cycles de jeûne pourraient aussi être une alternative à la chimiothérapie pour des patients chez qui le cancer est à un stade précoce (30). Plusieurs études avancent les applications possibles du jeûne intermittent dans le cadre de traitements de cancers, en particulier du sein, des ovaires ou de la prostate (31, 32).  Par ailleurs, la pratique du jeûne semble permettre de mieux supporter les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

L’inflammation non contrôlée et chronique est impliquée dans de nombreuses pathologies (33). Le jeûne intermittent permet à l’organisme de mieux réguler les mécanismes à l’origine de l’inflammation chronique dans de nombreuses situations, notamment dans les cas :

  • d’obésité, indépendamment de la perte de poids (34).
  • d’arthrose (35).
  • de lupus (36).
  • De diabète de type I (37).
  • De croissances tumorales (38).
Figure 2 : Métabolisation des acides gras pour la production d'énergie (Source : 82).

Figure 3 : Métabolisation des acides gras pour la production d’énergie (Source : 84).

Des personnes remplaçant leur alimentation basée sur un modèle à trois repas par jour, par un apport d’environ 500 kcal quotidiennes deux jours par semaine voient de nombreux paramètres s’améliorer, en particulier leur sensibilité à l’insuline, ainsi qu’une moindre sécrétion de cette hormone et de la leptine, une meilleure mobilisation des acides gras du tissu adipeux et une plus grande production de corps cétoniques (39-44). Plusieurs études réalisées chez l’animal et chez l’Homme mettent d’ailleurs en évidence une augmentation de la sensibilité à l’insuline plus importante dans le cadre du jeûne intermittent que d’un régime hypocalorique classique entraînant une perte de poids similaire (40, 45).

Le jeûne semble également stimuler la synthèse des mitochondries, au même titre que l’exercice musculaire (46), ce qui représente un facteur essentiel de prévention de santé et contribue à optimiser la réponse adaptative à l’entraînement.

En cas de dommage protéique, les cellules disposent de moyens de « nettoyage » des structures endommagées, notamment ce que l’on appelle l’autophagie. Lorsque l’organisme reçoit des nutriments régulièrement au cours de la journée, ce processus est réduit au profit de la synthèse des protéines, à travers une voie de régulation bien connue des scientifiques, mTOR. A l’inverse, le jeûne intermittent stimule l’autophagie, favorisant ainsi le nettoyage des molécules endommagées, en particulier du foie, des reins et des tissus musculaires (47-49). Cette voie de réparation semble particulièrement intéressante dans le cadre de la prévention des maladies de Parkinson ou d’Alzheimer (50, 51). Tout l’objectif d’un programme bien mené peut être de favoriser cette voie de manière physiologique tout en limitant les risques de sarcopénie (diminution de la masse musculaire) à long terme. Le respect du rythme circadien semble également jouer un rôle important dans ce processus de réparation, mettant en évidence l’intérêt de respecter un rythme des prises alimentaires au cours de la journée (52). La notion de timing alimentaire demeure néanmoins à ce jour difficile à préciser au regard de la contradiction des études scientifiques. A titre d’exemple, certaines mettent en évidence un intérêt positif du petit-déjeuner dans le contrôle du poids, d’autres non (53, 54). Une attention particulière sur la nature des aliments composant le petit déjeuner est alors d’autant plus déterminante.

Le jeûne semble également montrer des effets positifs chez les enfants épileptiques, des travaux ayant été menés depuis 1911 (55).

Une étude a été menée en Turquie durant le Ramadan de l’année 2014 chez des femmes enceintes ayant décidé de réaliser un jeûne sec en journée. La privation d’eau a entraîné une diminution du volume sanguin circulant et une altération des marqueurs des fonctions rénale, y compris chez le fœtus s’adaptant alors à la déshydratation de sa mère. Cette période de jeûne n’a cependant pas impacté la bonne santé des enfants à la naissance (56).

En conclusion sur cette partie, une stratégie nutritionnelle consistant à réduire la prise alimentaire à environ 500 kcal / jour, 1 à 2 jours non successifs par semaine peut représenter un compromis intéressant dès lors que vous parvenez à vous adapter à ce rythme et avec les précautions évoquées (39-41).

Focus : Peut-on jeûner et faire du sport ?

swimmers-79592_1920

Peu d’études sont disponibles concernant les effets du jeûne intermittent chez le sportif à long terme. La plupart mettent en effet essentiellement en évidence l’intérêt d’une période courte de jeûne préalable à l’effort, le plus souvent une nuit, avec des effets positifs sur l’endurance  (57) et sur les efforts en résistance (58), avec une adaptation du métabolisme glucidique via une activation plus importante de la néoglucogenèse (59).  Cette question sur l’intérêt du jeûne intermittent chez le sportif est particulièrement intéressante : elle met en évidence toute la problématique de l’environnement nutritionnel et de ses effets sur les capacités d’adaptation cellulaire à l’effort. De plus en plus d’études relativisent en effet l’intérêt, sous l’angle de la performance, de bénéficier d’un environnement nutritionnel « trop » protecteur au risque d’altérer la capacité d’adaptation cellulaire. Pour faire simple, vouloir apporter les nutriments permettant de neutraliser plus efficacement les effets cellulaires de l’effort ne faciliterait pas, voire altérerait la mise en place optimale des adaptations recherchées par l’effort musculaire. Tel est par exemple le cas dans la remise en question de l’intérêt d’une supplémentation en antioxydants ou d’une alimentation à dominante glucidique. Ainsi, par la privation qui en résulte, le jeûne stimulerait les voies énergétiques et hormonales alternatives. Si vous avez déjà optimisé l’ensemble des piliers nutritionnels, notamment en adoptant une alimentation pauvre en glucides, surtout à indice glycémique élevé (en dehors de l’effort), et que vous souhaitez affiner votre programme par la mise en place d’un jeûne intermittent, vous pourriez faire partie des pionniers en la matière. Toutefois, rappelons-le, une vigilance accrue sur les apports protéiques (et lipidiques) au cours des périodes de prise alimentaire serait alors de rigueur, afin que l’organisme ne puise pas toutes ses réserves dans les protéines musculaires. Idéalement, la rupture du jeûne aurait lieu juste après l’effort pour optimiser la fenêtre métabolique, via une prise de protéines riches en BCAA et de glucides. Une telle stratégie aurait alors pour objectif d’optimiser les filières énergétiques, au détriment partiel de la masse musculaire.

En conclusion, pour nos amis les sportifs, vouloir se lancer dans l’aventure du jeûne intermittent relève avant tout d’une certaine philosophie. Si vous êtes séduit par cette dernière, la pratique sportive est compatible mais nécessite une adaptation alimentaire (protéique, hydrique, lipidique) et de l’entraînement (privilégier la filière aérobie). Opter pour une alimentation favorisant les aliments à faible indice glycémique, riche en végétaux et en graisses de qualité (oméga 3) peut déjà représenter une étape fortement bénéfique si vous ne l’avez pas encore mis en place.

Le jeûne est-il LA solution aux maladies de civilisation ?

Au regard de l’ensemble de ces résultats, on pourrait le penser. Néanmoins, de nombreuses nuances doivent être apportées. A commencer par le fait que la plupart de ces études ont été réalisées chez la souris et non chez l’Homme. Par ailleurs chez le Macaque rhésus, aucune différence d’espérance de vie n’a été constatée, et ce pendant une période de 25 ans, même si les paramètres biologiques associés au vieillissement étaient améliorés et les risques de cancer réduits (60, 61). Il en est de même chez les souris sauvages (62).

Un argument mis en avant en faveur du jeûne intermittent est la réduction de la production d’IGF-1, une hormone impliquée dans les processus de croissance des différents tissus, que ce soit les cellules saines ou cancéreuses. En effet, une diminution de la sécrétion de cette hormone est constatée chez la souris (63), mais elle semble surtout attribuée aux restrictions protéiques seules (64). Il s’agit là d’un argument important. En effet, le jeûne intermittent permet également de réduire les apports protéiques, en particulier d’origine animale. Or il est aujourd’hui démontré qu’une consommation importante de protéines animales favorise les processus inflammatoires et la sécrétion d’IGF-1, donc la croissance potentielle de cellules cancéreuses (65, 66). Cette étude est particulièrement intéressante dans la mesure où elle met en évidence un moindre risque de survenue de cancers chez les personnes de plus de 50 ans consommant peu de protéines animales, mais aussi une augmentation du risque de mourir de cancer si celui-ci survient après 65 ans et globalement du risque de décès toutes causes confondues, en comparaison des personnes bénéficiant d’un statut protéique satisfaisant. Comme nous l’avons évoqué, un statut protéique insuffisant augmente en effet la fonte musculaire et la sensibilité aux infections (67). C’est un point encore une fois majeur à garder à l’esprit en cas d’atteintes immunitaires ou de cancers pour les personnes souhaitant réaliser des jeûnes sur le long terme, s’exposant ainsi à des risques de carences protéiques.

Une des hypothèses permettant de concilier les effets positifs d’une restriction calorique sans engendrer les effets négatifs liés aux déficits protéiques semblerait être de réduire l’apport alimentaire en un acide aminé particulier, la méthionine (68-70), du fait de son implication dans la production de radicaux libres au sein des mitochondries, ou d’augmenter les apports en un autre acide aminé, la glycine. Cet acide aminé présente en effet la spécificité d’être indispensable au bon fonctionnement de l’enzyme hépatique permettant d’éliminer l’excès de méthionine. Elle semblerait également réduire la sécrétion d’IGF-1 et pourrait représenter une piste de complémentation possible chez les personnes souhaitant augmenter leur longévité (71-74).

Pour info, les aliments qui contiennent de la méthionine sont les fromages, œufs, poissons, viandes, volaille. La glycine, quant à elle, se trouve de manière plus importante dans les volailles ou le bœuf, mais aussi de façon inférieure dans les fèves de soja ou la spiruline (micro-algue).

Il demeure également nécessaire d’étudier les effets épigénétiques possibles d’une restriction calorique chronique sur les adaptations à long terme. De même, les réponses au jeûne différeraient selon la prédisposition génétique. Des souris, dont l’expression des gènes responsables du rythme chrono-biologique est altérée, manifestent une perturbation de leurs rythmes alimentaires. Le lien entre rythme circadien et alimentation apparaît donc étroit (75, 76).

Les résultats semblent varier selon la nature de l’alimentation antérieure au jeûne et selon la composition corporelle. Plusieurs études mettent bien en évidence une amélioration du poids, des marqueurs de l’inflammation et une meilleure adaptation du métabolisme chez les personnes présentant des perturbations, en particulier chez les personnes obèses (35, 39-41, 45, 77) alors que d’autres études ne montrent aucun effet positif à court terme chez des personnes en bonne santé ou sans surpoids (43, 78).

Enfin, quelques études relatent des effets négatifs plus marqués chez les femmes, notamment sur une moindre sensibilité à l’insuline et des cycles menstruels altérés (79-82).

En conclusion, faut-il jeûner ?

Pour être clair et honnête avec vous, il m’est difficile de répondre de manière catégorique à cette question, tant les façons de jeûner et les bénéfices/risques associés sont multiples. Le jeûne fait en effet indéniablement partie des sujets les plus complexes et passionnants à traiter d’un point de vue conceptuel et scientifique. Vous l’aurez d’ailleurs constaté, le sujet demande un minimum de développement. Les bénéfices liés à la pratique régulière du jeûne apparaissent de prime abord certes multiples, mais aussi et surtout multifactoriels et variables en fonction des situations et des personnes, notamment :

  • Des types d’études réalisées (animales ou humaines),
  • De l’état de santé ou du poids initial des individus participant aux études,
  • Du type de jeûne pratiqué et de sa durée,
  • De l’état nutritionnel préalable de la personne,
  • De la possibilité de prouver la corrélation entre les résultats identifiés et la pratique spécifique du jeûne.

Il s’agit donc avant tout d’identifier vos motivations à pratiquer le jeûne :

  1. Si vous souhaitez mincir. Il apparaît que le jeûne intermittent est essentiellement efficace sur la perte de poids en cas d’obésité. Si vous réalisez occasionnellement un jeûne, le déficit calorique pourra logiquement vous aider à mincir de quelques centaines de gramme, si vous veillez cependant à ne pas manger de manière anarchique après avoir jeûné. Ce qui ne va pas dans le sens des études et des données empiriques.
  2. Si vous souhaitez vous « purifier ». La pratique d’un jeûne selon la méthode 16/8 ou 5/2 ne vous exposera pas à des risques nutritionnels majeurs et permettra effectivement à votre système digestif de se reposer un peu. Mais nous parlons bien là de pratique occasionnelle, deux à trois fois par an par exemple.
  3. Si vous souffrez d’une pathologie chronique, notamment de diabète, d’un cancer, d’une maladie inflammatoire ou neurodégénérative. Le jeûne intermittent pratiqué dans le cadre de jeûnes thérapeutiques semblent apporter des résultats bénéfiques. Pour autant, leur encadrement par un professionnel de santé formé, éventuellement en clinique spécialisée, est indispensable. Par ailleurs, le statut protéique doit alors être surveillé en dehors des jeûnes ou en période de restriction calorique, afin d’éviter les déficits sur le long terme, notamment en glycine dont une complémentation pourrait alors se justifier.  Enfin et en particulier dans le cadre des cancers, la limitation quotidienne des aliments insulino-secréteurs (hors première phase de chimiothérapie), voire le recours à un régime cétogène peut représenter des alternatives plus faciles à mettre en place et documentées (83, 84).
  4. Si vous souhaitez augmenter votre longévité ou simplement optimiser votre santé. Les conseils fondamentaux visant à privilégier les aliments à indice glycémique faible, les aliments riches en antioxydants (végétaux, baies, thé vert, hibiscus, chocolat noir, curcuma, gingembre, etc.), les graisses de qualité (oméga 3), à éviter les excès de viande, à limiter vos apports caloriques 1 à 2 fois par semaine à 500 kcal/jour et à veiller à la qualité de votre flore intestinale, sont de précieux alliés et peuvent représenter une solution intermédiaire plus douce que le jeûne. Vous pouvez également préférer une alimentation dite « détox » pendant quelques semaines afin de permettre à votre foie d’éliminer plus efficacement les toxiques accumulés au cours du temps.

Dans tous les cas, si vous optez pour le jeûne intermittent, quelques rappels :

  • L’hydratation est indispensable, au minimum 2 à 2,5 litres par jour sous forme d’eau, de tisanes ou de thé. Si vous souhaitez réaliser exceptionnellement un jeûne sec, le limiter à 2 jours, sous réserve d’absence de contre-indications.
  • Veillez à garantir des apports protéiques satisfaisants dans votre alimentation globale (environ 1,2 g protéines/kg poids corporel/j), en privilégiant les poissons, la volaille de qualité et les protéines végétales.
  • Veillez à consommer une alimentation alcalinisante, riche en végétaux, non excessive en protéines animales et pauvre en sel au quotidien. En cas de jeûne thérapeutique, l’utilisation d’infusions à base d’ortie ou de prêle peut être conseillée, du fait de leur richesse en minéraux, vitamines, oligo-éléments.
  • Attention aux contre-indications aux jeûnes : troubles du comportement alimentaire, insuffisance rénale ou hépatique, pathologies auto-immunes et susceptibilité aux infections, en particulier chez les personnes minces à et faible masse musculaire. De même si vous êtes enceinte ou si vous vous dépensez de manière importante au niveau physique. Un conseil : faites-vous accompagner par un professionnel de santé, au moins les premières fois pour être bien guidé(e)s dans votre démarche.

Bon, j’imagine qu’à ce stade de la lecture, vous devez avoir envie soit de vous jeter sur une belle entrecôte/frites, soit de vous lancer dans l’aventure du jeûne, avant ou après l’entrecôte… A vous de choisir !

Anthony Berthou

 

Références :

  1. Rodgère V. 2010 (15 Décembre). « Et la Lumière… ne fut pas ! ». Sciences et Avenir.  http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20101215.OBS4742/et-la-lumiere-ne-fut-pas.html
  2. Metz MC, Smith DW, Vucetich JA, Stahler DR, Peterson RO. 2012. « Seasonal patterns of predation for gray wolves in the multi-prey system of Yellowstone National Park ». J Anim Ecol 81(3):553–563.
  3. Cordain L, Eaton SB, Miller JB, Mann N, Hill K. 2002. « The paradoxical nature of hunter-gatherer diets : Meat-based, yet nonatherogenic ». Eur J Clin Nutr 56(Suppl 1):S42–S52.
  4. Ströhle A, Hahn A, Sebastian A. 2010. « Estimation of the dietdependent net acid load in 229 worldwide historically studied huntergatherer societies ». Am J Clin Nutr 91(2):406–412.
  5. Cordain L, Miller J, Mann N. 1999. « Scant evidence of periodic starvation among hunter-gatherers ». Diabetologia 42(3):383-4.
  6. Freemantle E, Vandal M, Tremblay-Merciera J, Tremblay S, Blachère JC, Bégin ME, Brenna JT, Windust A, Cunnane SC. 2006. « Omega-3 fatty acids, energy substrates, and brain function during aging ». Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 75(3):213-20.
  7. Carlson MG, Snead WL, Campbell PJ. 1994. « Fuel and energy metabolism in fasting humans ». Am J Clin Nutri. Vol. 60 n°1 pp 29-36.
  8. Brandhorst S, Choi IY, Wei M, Cheng CW, Sedrakyan S, Navarrete G, Dubeau L, Yap LP, Park R, Vinciguerra M, Di Biase S, Mirzaei H, Mirisola MG, Childress P, Ji L, Groshen S, Penna F, Odetti P, Perin L, Conti PS, Ikeno Y, Kennedy BK, Cohen P, Morgan TE, Dorff TB, Longo VD. 2015. « A Periodic Diet that Mimics Fasting Promotes Multi-System Regeneration, Enhanced Cognitive Performance, and Healthspan ». Cell Metab 22(1):86-99.
  9. Martin B, Ji S, Maudsley S, Mattson MP. 2010. «  »Control » laboratory rodents are metabolically morbid : Why it matters ». Proc Natl Acad Sci USA 107(14):6127–6133.
  10. Klimentidis YC, Beasley TM, Lin HY, Murati G, Glass GE, Guyton M, Newton W, Jorgensen M, Heymsfield SB, Kemnitz J, Fairbanks L, Allison DB. 2011. « Canaries in the coal mine: A cross-species analysis of the plurality of obesity epidemics ». Proc Biol Sci 278(1712):1626–1632.
  11. Chaix A, Zarrinpar A, Miu P, Panda S. 2014. « Time-Restricted Feeding Is a Preventative and Therapeutic Intervention against Diverse Nutritional Challenges ». Cell Metab 20(6):991-1005.
  12. Mamerow MM, Mettler JA, English KL, Casperson SL, Arentson-Lantz E, Sheffield-Moore M, Layman DK, Paddon-Jones D. 2014. «  Dietary protein distribution positively influences 24-h muscle protein synthesis in healthy adults ». J Nutr 144(6):876-80.
  13. Panda S, Hogenesch JB, Kay SA. 2002. « Circadian rhythms from flies to human ». Nature 417(6886):329–335.
  14. Stevens RG, Brainard GC, Blask DE, Lockley SW, Motta ME. 2014. « Breast cancer and circadian disruption from electric lighting in the modern world ». CA Cancer J Clin 64(3):207–218.
  15. Morris CJ, Yang JN, Scheer FA. 2012. « The impact of the circadian timing system on cardiovascular and metabolic function ». Prog Brain Res 199:337–358
  16. Stokkan KA, Yamazaki S, Tei H, Sakaki Y, Menaker M. 2001. « Entrainment of the circadian clock in the liver by feeding ». Science 291(5503):490–493.
  17. Scheer FA, Hilton MF, Mantzoros CS, Shea SA. 2009. « Adverse metabolic and cardiovascular consequences of circadian misalignment ». Proc Natl Acad Sci USA 106(11):4453–4458
  18. Garaulet M, Gómez-Abellán P, Alburquerque-Béjar JJ, Lee YC, Ordovás JM, Scheer FA. 2013. « Timing of food intake predicts weight loss effectiveness ». Int J Obes (Lond) 37(4):604–611.
  19. Jakubowicz D, Barnea M, Wainstein J, Froy O. 2013. « High caloric intake at breakfast vs. dinner differentially influences weight loss of overweight and obese women ». Obesity (Silver Spring) 21(12): 2504–2512.
  20. Challet E. 2010. « Interactions between light, mealtime and calorie restriction to control daily timing in mammals ». J Comp Physiol B 180:631–644.
  21. De Azevedoa FR, Ikeokab D, Caramellia B. 2013. « Effects of intermittent fasting on metabolism in men ». Revista da Associacão Médica Brasileira, doi:10.1016/j.ramb.2012.09.003 pp. 167-173
  22. Mattson MP. 2012. « Energy intake and exercise as determinants of brain health and vulnerability to injury and disease ». Cell Metab 16(6):706–722.
  23. University of Southern California. 2015 (18 juin). « Diet that mimics fasting appears to slow aging: Benefits demonstrated in mice and yeast; piloted in humans ». ScienceDaily.
  24. Arumugam TV, Phillips TM, Cheng A, Morrell CH, Mattson MP, Wan R. 2010. « Age and energy intake interact to modify cell stress pathways and stroke outcome ». Ann Neurol 67(1): 41–52.
  25. Poon HF, Shepherd HM, Reed TT, Calabrese V, Stella AM, Pennisi G, Cai J, Pierce WM, Klein JB, Butterfield DA. 2006. « Proteomics analysis provides insight into caloric restriction mediated oxidation and expression of brain proteins associated with age-related impaired cellular processes: Mitochondrial dysfunction, glutamate dysregulation and impaired protein synthesis ». Neurobiol Aging 27(7):1020–1034.
  26. Marosi K, Mattson MP. 2014. « BDNF mediates adaptive brain and body responses to energetic challenges ». Trends Endocrinol Metab 25(2):89-98.
  27. Ahmet I, Wan R, Mattson MP, Lakatta EG, Talan M. 2005. « Cardioprotection by intermittent fasting in rats ». Circulation 112(20): 3115–312.
  28. University of Southern California. 2012 (11 Septembre) « Fasting makes brain tumors more vulnerable to radiation therapy. » ScienceDaily. ScienceDaily.
  29. University Of California, Berkeley. 2005 (2 Avril) « Fasting Every Other Day, While Cutting Few Calories, May Reduce Cancer Risk. » ScienceDaily. ScienceDaily.
  30. Lee C, Raffaghello L, Brandhorst S, Safdie FM, Bianchi G, Martin-Montalvo A, Pistoia V, Wei M, Hwang S, Merlino A, Emionite L, De Cabo R, Longo VD. 2012. « Fasting cycles retard growth of tumors and sensitize a range of cancer cell types to chemotherapy ». Sci Transl Med 4(124):124ra27.
  31. Safdie FM, Dorff T, Quinn D, Fontana L, Wei M, Lee C, Cohen P, Longo VD. 2009. « Fasting and cancer treatment in humans: A case series report ». Aging (Albany, NY Online) 1(12):988–1007.
  32. Zuccoli G, Marcello N, Pisanello A, Servadei F, Vaccaro S, Mukherjee P, Seyfried TN. 2010. « Metabolic management of glioblastoma multiforme using standard therapy together with a restricted ketogenic diet: Case report ». Nutr Metab (Lond) 7:33.
  33. McDade TW. 2012. « Early environments and the ecology of inflammation ». Proc Natl Acad Sci USA 109(Suppl 2):17281–17288.
  34. Kroeger CM, Klempel MC, Bhutani S, Trepanowski JF, Tangney CC, Varady KA. 2012. « Improvement in coronary heart disease risk factors during an intermittent fasting/calorie restriction regimen: Relationship to adipokine modulations ». Nutr Metab (Lond) 9(1):98.
  35. Müller H, de Toledo FW, Resch KL. 2001. « Fasting followed by vegetarian diet in patients with rheumatoid arthritis: A systematic review ». Scand J Rheumatol 30(1):1–10.
  36. Esquifino AI, Cano P, Jimenez-Ortega V, Fernández-Mateos MP, Cardinali DP. 2007. « Immune response after experimental allergic encephalomyelitis in rats subjected to calorie restriction ». J Neuroinflammation 4:6
  37. Belkacemi L, Selselet-Attou G, Hupkens E, Nguidjoe E, Louchami K, Sener A, Malaisse WJ. 2012. « Intermittent fasting modulation of the diabetic syndrome in streptozotocin-injected rats ». Int J Endocrinol 2012:962012.
  38. Elinav E, Nowarski R, Thaiss CA, Hu B, Jin C, Flavell RA. 2013. « Inflammation-induced cancer: Crosstalk between tumours, immune cells and microorganisms ». Nat Rev Cancer 13(11):759–771.
  39. Johnson JB, Summer W, Cutler RG, Martin B, Hyun DH, Dixit VD, Pearson M, Nassar M, Telljohann R, Maudsley S, Carlson O, John S, Laub DR, Mattson MP. 2007. « Alternate day calorie restriction improves clinical findings and reduces markers of oxidative stress and inflammation in overweight adults with moderate asthma ». Free Radic Biol Med 42(5):665–674.
  40. Harvie MN, Pegington M, Mattson MP, Frystyk J, Dillon B, Evans G, Cuzick J, Jebb SA, Martin B, Cutler RG, Son TG, Maudsley S, Carlson OD, Egan JM, Flyvbjerg A, Howell A. 2011. « The effects of intermittent or continuous energy restriction on weight loss and metabolic disease risk markers: A randomized trial in young overweight women ». Int J Obes (Lond) 35(5):714–727.
  41. Klempel MC, Kroeger CM, Varady KA. 2013. « Alternate day fasting (ADF) with a high-fat diet produces similar weight loss and cardio-protection as ADF with a low-fat diet ». Metabolism 62(1): 137–143.
  42. Varady KA, Bhutani S, Klempel MC, Kroeger CM, Trepanowski JF, Haus JM, Hoddy KK, Calvo Y. 2013. « Alternate day fasting for weight loss in normal weight and overweight subjects: A randomized controlled trial ». Nutr J 12(1):146.
  43. Carlson O, Martin B, Stote KS, Golden E, Maudsley S, Najjar SS, Ferrucci L, Ingram DK, Longo DL, Rumpler WV, Baer DJ, Egan J, Mattson MP. 2007. « Impact of reduced meal frequency without caloric restriction on glucose regulation in healthy, normal-weight middle-aged men and women ». Metabolism 56(12):1729-34.
  44. Halberg N, Henriksen M, Söderhamn N, Stallknecht B, Ploug T, Schjerling P, Dela F. 2005. « Effect of intermittent fasting and refeeding on insulin action in healthy men ». The American Physiological Society.
  45. Harvie M, Wright C, Pegington M, McMullan D, Mitchell E, Martin B, Cutler RG, Evans G, Whiteside S, Maudsley S, Camandola S, Wang R, Carlson OD, Egan JM, Mattson MP, Howell A. 2013. « The effect of intermittent energy and carbohydrate restriction v. daily energy restriction on weight loss and metabolic disease risk markers in overweight women ». Br J Nutr 110(8):1534–1547.
  46. Cheng A, Wan R, Yang JL, Kamimura N, Son TG, Ouyang X, Luo Y, Okun E, Mattson MP. 2012. « Involvement of PGC-1α in the formation and maintenance of neuronal dendritic spines ». Nat Commun 3:1250.
  47. Donati A, Recchia G, Cavallini G, Bergamini E. 2008. « Effect of aging and anti-aging caloric restriction on the endocrine regulation of rat liver autophagy ». J Gerontol A Biol Sci Med Sci 63(6):550–555.
  48. Kume S, Uzu T, Horiike K, Chin-Kanasaki M, Isshiki K, Araki S, Sugimoto T, Haneda M, Kashiwagi A, Koya D. 2010. « Calorie restriction enhances cell adaptation to hypoxia through Sirt1-dependent mitochondrial autophagy in mouse aged kidney ». J Clin Invest 120(4):1043–1055.
  49. Wohlgemuth SE, Seo AY, Marzetti E, Lees HA, Leeuwenburgh C. 2010. « Skeletal muscle autophagy and apoptosis during aging: Effects of calorie restriction and life-long exercise ». Exp Gerontol 45(2): 138–148.
  50. Moreno-Gonzalez I, Soto C. 2011. « Misfolded protein aggregates: Mechanisms, structures and potential for disease transmission ». Semin Cell Dev Biol 22(5):482–487.
  51. Jucker M, Walker LC. 2011. « Pathogenic protein seeding in Alzheimer disease and other neurodegenerative disorders ». Ann Neurol 70(4):532–540.
  52. Ma D, Li S, Molusky MM, Lin JD. 2012. « Circadian autophagy rhythm: A link between clock and metabolism? » Trends Endocrinol Metab 23(7):319–325.
  53. Brown AW, Bohan Brown MM, Allison DB. 2013. « Belief beyond the evidence: Using the proposed effect of breakfast on obesity to show 2 practices that distort scientific evidence ». Am J Clin Nutr 98(5): 1298–1308.
  54. Dhurandhar EJ, Dawson J, Alcorn A, Larsen LH, Thomas EA, Cardel M, Bourland AC, Astrup A, St-Onge MP, Hill JO, Apovian CM, Shikany JM, Allison DB. 2014. « The effectiveness of breakfast recommendations on weight loss: A randomized controlled trial ». Am J Clin Nutr 100(2):507–513.
  55. Guelpa G., Marie A. « La lutte contre l’épilepsie par la désintoxication et par la rééducation alimentaire ». Rev Ther med-Chirurg. 1911; 78: 8–13.
  56. Tekin YB, Guven ESG, Ural RM, Yazici ZA, Kirbas A, Sahin FK. 2015. « Evaluation of the effects of fasting associated dehydration on maternal NGAL levels and fetal renal artery Doppler parameters ». The Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine pp 629-632.
  57. Paoli A, Marcolin G, Zonin F, Neri M, Sivieri A, Pacelli QF. 2011. « Exercising fasting or fed to enhance fat loss? Influence of food intake on respiratory ratio and excess postexercise oxygen consumption after a bout of endurance training ». Int J Sport Nutr Exerc Metab 21(1):48-54.
  58. Deldicque L, De Bock K, Maris M, Ramaekers M, Nielens H, Francaux M, Hespel P. 2010. « Increased p70s6k phosphorylation during intake of a protein-carbohydrate drink following resistance exercise in the fasted state ». Eur J Appl Physiol 108(4):791-800.
  59. Vicente-Salar N, Urdampilleta Otegui A, Roche Collado E. 2015. « Endurance training in fasting conditions: biological adaptations and body weight management ». Nutr Hosp 1;32(n06):2409-2420.
  60. Mattison JA, Roth GS, Beasley TM, Tilmont EM, Handy AH, Herbert RL, Longo DL, Allison DB, Young JE, Bryant M, Barnard D, Ward WF, Qi W, Ingram DK, de Cabo R. 2012. « Impact of caloric restriction on health and survival in rhesus monkeys from the NIA study ». Nature doi:10.1038/nature11432.
  61. Colman RJ, Anderson RM, Johnson SC, Kastman EK, Kosmatka KJ, Beasley TM, Allison DB, Cruzen C, Simmons HA, Kemnitz JW, Weindruch. 2009. « Caloric restriction delays disease onset onset and mortality in rhesus monkeys ». Science 325(5937) : 201-204.
  62. Harper JM1, Leathers CW, Austad SN. 2006. « Does caloric restriction extend life in wild mice ? » Aging Cell 5(6):441-9.
  63. Hursting SD1, Dunlap SM, Ford NA, Hursting MJ, Lashinger LM. 2013. « Calorie restriction and cancer prevention: a mechanistic perspective ». Cancer Metab 1(1):10.
  64. Fontana L, Weiss EP, Villareal DT, Klein S, Holloszy JO. 2008. « Long-term effects of calorie or protein restriction on serum IGF-1 and IGFBP-3 concentration in humans ». Aging Cell 7 (5): 681.
  65. Levine ME et al. 2014. « Low Protein Intake Is Associated with a Major Reduction in IGF-1, Cancer, and Overall Mortality in the 65 and Younger but Not Older Population ». Cell Metabolism Volume 19, Issue 3, 407-417.
  66. Levine ME et al. 2014. « Low protein intake is associated with a major reduction in IGF-1, cancer, and overall mortality in the 65 and younger but not older population ». Cell Metab 19(3):407-17.
  67. Gong, Z., Kennedy, O., Sun, H., Wu, Y., Williams, G. A., Klein, L., Cardoso, L., Matheny, R. W., Hubbard, G. B., Ikeno, Y., Farrar, R. P., Schaffler, M. B., Adamo, M. L., Muzumdar, R. H. and Yakar, S. 2014. « Reductions in serum IGF-1 during aging impair health span ». Aging Cell, 13: 408–418.
  68. Sanchez-Roman I, Barja G. 2013. « Regulation of longevity and oxidative stress by nutritional interventions: role of methionine restriction ». Exp Gerontol 48(10):1030-42.
  69. López-Torres M, Barja G. 2008. « Lowered methionine ingestion as responsible for the decrease in rodent mitochondrial oxidative stress in protein and dietary restriction possible implications for humans ». Biochim Biophys Acta 1780(11):1337-47.
  70. Lees EK, Król E, Grant L, Shearer K, Wyse C, Moncur E, Bykowska AS, Mody N, Gettys TW, Delibegovic M. 2014. « Methionine restriction restores a younger metabolic phenotype in adult mice with alterations in fibroblast growth factor 21 ». Aging Cell.
  71. Brind J, Malloy V, Augie I, Caliendo N, Vogelman JH, Zimmerman JA, Orentreich N. 2011. « Dietary glycine supplementation mimics lifespan extension by dietary methionine restriction in Fisher 344 rats ». FASEB J (Meeting Abstract Supplement) 528.2.
  72. Bja M, Petzke KJ, Semesko TG, Albrecht V, Grigorov JuG. 1991. « The effect of different protein diets on longevity and various biochemical parameters of aged rats ». Nahrung 35(9):961-7.
  73. Guan J, Gluckman P, Yang P, Krissansen G, Sun X, Zhou Y, Wen J, Phillips G, Shorten PR, McMahon CD, Wake GC, Chan WH, Thomas MF, Ren A, Moon S, Liu DX. 2014. « Cyclic glycine-proline regulates IGF-1 homeostasis by altering the binding of IGFBP-3 to IGF-1 ». Sci Rep 4:4388.
  74. Liu Z, Huang M, Wu X, Shi G, Xing L, Dong Z, Qu Z, Yan J, Yang L, Panda S, Xu Y. 2014. « PER1 phosphorylation specifies feeding rhythm in mice ». Cell Rep 7(5):1509–1520.
  75. Pendergast JS, Oda GA, Niswender KD, Yamazaki S. 2012. « Period determination in the food-entrainable and methamphetaminesensitive circadian oscillator(s) ». Proc Natl Acad Sci USA 109(35): 14218–14223.
  76. Mulder CK, Papantoniou C, Gerkema MP, Van Der Zee EA. 2014. « Neither the SCN nor the adrenals are required for circadian time-place learning in mice ». Chronobiol Int 31(9): 1075–1092.
  77. Longo VD, Mattson MP. 2014. « Fasting: Molecular mechanisms and clinical applications ». Cell Metab 19(2):181–192.
  78. Stote KS, Baer DJ, Spears K, Paul DR, Harris GK, Rumpler WV, Strycula P, Najjar SS, Ferrucci L, Ingram DK, Longo DL, Mattson MP. 2007. « A controlled trial of reduced meal frequency without caloric restriction in healthy, normal-weight, middle-aged adults ». Am J Clin Nutr 85(4):981–988.
  79. Heilbronn LK, Civitarese AE, Bogacka I, Smith SR, Hulver M, Ravussin E. 2005. « Glucose tolerance and skeletal muscle gene expression in response to alternate day fasting ». Obes Res 13(3):574-81.
  80. Martin B, Pearson M, Kebejian L, Golden E, Keselman A, Bender M, Carlson O, Egan J, Ladenheim B, Cadet JL, Becker KG, Wood W, Duffy K, Vinayakumar P, Maudsley S, Mattson MP. 2007. « Sex-Dependent Metabolic, Neuroendocrine, and Cognitive Responses to Dietary Energy Restriction and Excess ». National Institute on Aging.
  81. Martin B, Pearson M, Brenneman R, Golden E, Wood W III, Prabhu V, Becker KG, Mattson MP, Maudsley S. 2009. « Gonadal Transcriptome Alterations in Response to Dietary Energy Intake: Sensing the Reproductive Environment ». PLoS ONE 4(1): e4146.
  82. Graham NA, Tahmasian M, Kohli B, Komisopoulou E, Zhu M, Vivanco I, Teitell MA, Wu H, Ribas A, Lo RS, Mellinghoff IK, Mischel PS, Graeber TG. 2012. « Glucose deprivation activates a metabolic and signaling amplification loop leading to cell death ». Molecular Systems Biology 8 Article number: 589.
  83. Ma W, Berg J, Yellen G. 2007. « Ketogenic diet metabolites reduce firing in central neurons by opening K(ATP) channels ». J Neurosci 27(14):3618-25.
  84. Mattson MP, Allison DB, Fontana L, Harvie M,Longo VD, Malaisse WJ, Mosley M, Notterpek L, Ravussin E, Scheer FAJL, Seyfried TN, Varady KA, Pandap S. 2014. « Meal frequency and timing in health and disease ». Proc Natl Acad Sci USA 111(47):16647-53.

Partagez cet article !

Facebook Twitter Google Plus Viadeo LinkedIn

13 Commentaires

  1. Bonjour ,
    Super article qui fait un bien fou!!!!!

  2. Très bien. Une remarque. En buvant du thé, qui est un excitant, on ne met pas vraiment son corps en jeûne. 2 L d’eau ? Et pourquoi ne pas se contenter de boire quand on a soif ?

    • C’est une alternative qui demeure possible en faible quantité, même si effectivement il contient de la théine. Donc dans l’idéal l’éviter oui.
      Les modifications de la sensation de soif et les conséquences du jeûne nécessitent de veiller à apporter un statut hydrique suffisant, même s’il existe des jeûnes hydriques également. Tout dépend des attentes et de la durée/fréquence du jeûne.

  3. Bonjour,
    Je suis sportif et j’attendais cet article avec impatience et qui est très intéressant… Un grand merci.
    Néanmoins, je vais me lancer dans le jeûne intermittent de 24h, et est il donc possible de renouveler ce jeûne 1 fois par semaine pendant plusieurs mois par exemple?
    Un grand merci pour vos articles passionnants.
    Dans l’attente de vous lire.
    Bien cordialement.

    • Bonjour,

      Merci 🙂 .
      Sur le principe oui bien sur, à nuancer selon votre propre situation.

      Bon jeûne !

  4. Bonjour,
    Effectivement on peut jeûner tout en faisant du sport, adepte de la course à pieds depuis de nombreuses années avec principalement la pratique du trail de moyenne et longue distance je m’entraine toujours les matins à jeun, après souvent plus de 12h de jeune avec des entrainements pouvant aller jusqu’à 3h. Cela ne m’a jamais posé aucun problème, j’ai déjà même couru des marathons à jeun. Et j’apprécie d’autant plus la collation au retour de l’entrainement sans bien entendu forcer les quantités ! Et honnêtement si je cours après avoir mangé, même légérement, avant j’ai moins d’energie et souvent des problèmes de types gastralgies ou douleurs abdominales.

  5. MON EXPÉRIENCE SPORT ET JEÛNES LONGS (et exemple en photo de ma méthode JIO 3/4)

    Malgré que bénéfique et adapter à moi,je suis conscient que la majorité aurait des soucis à jeûner aussi souvent,donc j’apporte des faits suite à mon témoignage qui n’est en rien à calquer,on a tous des réserves et état de santé différent.
    S ur 3 ans j’ai énormément expérimenter de jeûnes longs (laissant des traces vidéos et des faits comme prises de sangs et de poids en temps réel sur Youtube et Facebook, vidéos et photos) entre 5 et 22 jours. Le jeûne intermittent est souvent une habitude devenu normale pour moi.
    Malgré que je suis handicapé (dos,les 2 jambes,soucis aux mains et cervicales) ,malgré mes activités limitées à marche,vélo,musculation Ultra légère basique (pompes,bras,vélo elliptique)et ma passion depuis 4 ans :la méthode Pilates !

    -> Intermittent et Sport,OK pour les bienfaits réels
    Tout le monde parle du jeûne intermittent et sport qui est TOP ! (sauf lorsque ceux qui se surchargent habituellement le fond également en se rattrapant de façon boulimique avec mélanges complexes en jeûne intermittent (comme le principe nocif du jeûne ramadan lorsque la prise du soir est à base de gâteaux et mélanges trop riches et peu digestes).
    Aucun souci le sport en intermittent. Seulement on peu avoir plus ou moins d’énergie selon la qualité des derniers repas, notre mental, et réserves réelles.

    -> Et le jeûne long et sport ? travail ?
    C’est clairement faisable tant que le sport/travail n’est pas intense. Donc la course à pied, la musculation à charge lourde ou de la maçonnerie est difficilement applicable contrairement à de la marche,du vélo,musculation légère et pratiques comme yoga,Pilates…
    A partir du 4ème jour, nourri par les corps cétoniques on constate une sorte d’anémie permanente avec énergie physique diminué de 50 à 75%. Par contre la réflexion est multiplier par 4 avec une créativité et réactivité impressionnante (d’où les gens qui se sentent très spirituels, en partie vrai,la réalité étant surtout qu’avec un repos digestif et nettoyage de l’organisme on a les idées bien plus claires ! logique)

    * Bien sûr de nombreux paramètres sont à prendre en compte comme le fait d’être un sportif régulier, occasionnel, un sédentaire qui débute dans l’activité physique.
    Sans parler de la capacité à bien digérer,assimiler,éliminer les aliments dans le quotidien.

    -> Le jeûne n’est pas à faire pour maigrir ! Malgré la rapidité impressionnate de perte en toxines et rétention d’eau,et peu de masse musculaire au final. Efficace mais avec un effet yoyo dévastateur si la reprise boulimique d’après un long jeûne n’est pas bien gérer. Le corps à vécu les nombreux jours comme une famine.Il a géré mais va faire des stock dès les reprises alimentaires au cas où. Si les reprises sont à base de sucres et surtout à mélanges anarchiques cela va être nocif et un probable début de TA, donc prudence avec les bienfaits réels et la capacité individuelle à jeûner plus ou moins longtemps.

    -> JIO 3/4 ENtre Intermittent et jeûne long avec résultats santé physiques/esthétique optimisés ? OUI ! mais à déconseiller sauf un pratiquant connaisseur du jeûne court et long.

    Adaptable pour des sportifs pour des connaisseurs expert en jeûne et sport. Mais la reprise de poids est naturelle et optimum !
    Je veux bien parler d’un projet sport et jeûne à analyser à travers moi avec Anthony Berthou, à qui j’ai écris à travers son site.

    Bruno COSTAN (L-Mago)

  6. Quel article! Merci. Moi je pratique du sport et je jeune le Ramadan, ce qui m’a amener ici. C’est sur que nous privilégions beaucoup le shour (un genre de repas léger avant le crépuscule) pour avoir de l’énergie pendant la journée…sinon l’article est trés instruisant. Merci!
    Salam!

  7. Bonjour,
    Article très intéressant, très complet..je recherchais des informations sur le jeûne 16/8 et je ne trouvais que des « pour »trop enthousiastes ou des « contres » virulents ,j aime votre façon de synthétiser..un point reste obscur pour moi cependant,vous dîtes que le jeûne est efficace chez les personnes obèses ,l est il sur une pratique 16/8 quotidienne de quelques mois ou doit il rester occasionnel si oui combien de fois par semaine/mois/an??vous aurez compris que ma recherche est l amaigrissement..je vais aussi parcourir votre site qui a l air très bien..car malgré un régime donné par une dieticienne je ne perds pas , malgré une pratique nouvelle pour moi du sport 3 fois par semaine..je ne perds pas ..c est une situation récente avant je maigrissais dans ces conditions je cherche donc à relancer la machine et à aller au bout pour une fois de ma lutte contre les kilos et ne pas m arrêter au bout de 3 mois par ras le bol.. merci pour informations.

    • Bonjour,

      Merci de votre message. Concernant l’amaigrissement, ce n’est pas le but premier d’un jeûne intermittent (qui peut se réaliser au quotidien sans problème, permettant ainsi de favoriser une meilleure sensibilité à l’insuline). Il est difficile de vous répondre sans connaitre votre situation précise.

  8. Bonjour,

    Article très intéressant avec des références scientifiques, très appréciable 🙂
    Cela fait maintenant 2 mois que je pratique le jeûne partiel 16/8 en incluant 1 jour par semaine un jeûne de 24h. J’y trouve beaucoup d’intérêt et de bénéfices jusqu’à présent. Je continu l’expérience pour être sur de ne rien laisser au hasard d’y avoir retrouvé la forme et autres bénéfices. J’envisage de réaliser un 72h pour faire le grand ménage.
    Une question concernant l’haleine. Effectivement, ne mangeant pas, l’haleine n’est pas des plus fraiche. Je mâche au court de la mâtiné des clous de girofle que je n’avale pas. C’est super niveau haleine mais cela casse t il le jeûne ?
    Merci d’avance.

    Bien à vous,
    Seb.

  9. bonjour, et merci pour votre article ! je réfléchi à ce jeune intermittent 16/8 depuis quelque temps déjà . J’ai un travail de bureau,et des horaires classique 8h-12h 14h18h.. et lors de ma pose déjeuner, je fais ou de la natation 45′ ou de la cap 30 à 45′ voir même une heure… ! presque tous les jours… ! cela pose t’il un problème et surtout, pour le repas d’après entrainement, puis je prendre un subsitut de repas (poudre avec lait de soja) avec un fruit et des amandes, noisettes, noix de cajou ! cela est t-il suffisant, si non quoi prendre ? j’ai peu de temps pour m’alimenter en fait et le repas est souvent prie devant l’ordi !!! j’ai bien compris qu’il faut prendre des protéines après et 1.2 gr/kg , ce qui pour moi serait 80*1.20 = 96gr de protéine, ce qui représente quoi exactement en portion ? Merci d’avance pour vos réponses..

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez toute l'actualité de

 

La Santé par la Nutrition

 

en vous inscrivant à la Newsletter

Prénom :

Nom :

Email :