La santé
par la nutrition

Categories Menu

Mangez des lentilles !

Mangez des lentilles !

  Les lentilles sont de véritables « mines d’or » nutritionnelles : Leur index glycémique est très faible (25 pour les lentilles vertes, 30 pour les lentilles brunes), favorisant ainsi la satiété et limitant la sécrétion d’insuline par l’organisme. Leur forte teneur en protéines végétales (environ 24% crues et 8% cuites) en font un plat complet pour un dîner végétarien, accompagné par exemple de légumes. Leur aminogramme (teneur en différents acides aminés constituant les protéines contenues dans un aliment) présente toutefois un faible taux en Méthionine, un acide aminé soufré essentiel, raison pour laquelle il est généralement conseillé de les associer à des produits céréaliers à base de blé, de riz ou de soja (ou de consommer des noix au cours du même repas). Les lentilles contiennent toutefois des lectines, facteur antinutritionnel à l’origine d’une moindre assimilation des nutriments. Leur richesse en fibres (près de 4g pour 100g) permet de favoriser la satiété tout en contribuant au faible index glycémique des lentilles. Leur richesse en minéraux – notamment en Fer (bien qu’il soit présent sous une forme peu assimilable par l’organisme, les lentilles représentent une source intéressante), Magnésium, Phosphore et Potassium – contribue à couvrir les besoins quotidiens. Au même titre qu’elles représentent une bonne source de vitamines du groupe B, notamment B1 (thermosensible, la cuisson prolongée est toutefois à l’origine d’une perte importante de cette vitamine) et B9. Leur teneur en...

Lire la suite

Posté le 1 Fév, 2013 dans Aliments-santé, Articles Santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 20 commentaires

Le piment : un nouvel aliment anti-cholestérol ?

Le piment : un nouvel aliment anti-cholestérol ?

Une étude chinoise publiée récemment dans l’European Journal of Nutrition a montré l’effet des capsaicinoïdes contenues dans le piment sur le cholestérol. L’étude a été menée sur 5 groupes de hamsters durant 6 semaines, nourris avec un régime riche en cholestérol et supplémenté par 0%, 0.010%, 0.015%, 0.020% et 0.030% de capsaicinoïdes. La supplémentation en capsaicinoïdes a permis de moduler favorablement les lipides sériques en réduisant le cholestérol total plasmatique et le cholestérol non HDL sans que le HDL-cholestérol ne soit affecté. L’effet n’est pas dose-dépendant, et les chercheurs ont émis l’hypothèse que 0.010% serait la valeur seuil au-dessus de laquelle aucun effet supplémentaire ne peut être observé. Avec un régime à  5% de lard et 0.010% de capsaicinoïdes, la réduction du cholestérol total atteint 16%, celle du cholestérol-non HDL 25% et celle des triglycérides 26%. A l’heure actuelle, il n’y a eu aucune étude à l’échelle humaine. La capsaicine (un des constituants des capsaicinoïdes) avait déjà fait parler d’elle puisque des effets protecteurs sur le foie et le poumon contre le stress oxydant ont été démontrés récemment dans une étude menée chez des rats.   Anthony Berthou Sources : Eur. J. Nut., 2012. Inflammopharmacology,...

Lire la suite

Posté le 7 Mai, 2012 dans Aliments-santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 0 commentaires

La cannelle

La cannelle

Le cannelier (Cinnamomum zeylanicum, famille des Lauracées) est un arbre tropical vivace, endémique au Sri Lanka, à Madagascar, en Inde et Indochine.  C’est l’écorce interne que nous appelons communément bâton de cannelle. Pour l’obtenir, l’écorce du cannelier est prélevée, l’épiderme est retiré, et en séchant ces morceaux d’écorces s’enroulent sur eux-mêmes, formant des bâtonnets friables. Les propriétés de la cannelle La cannelle est utilisée en tant qu’épice depuis des milliers d’années. Dans la médecine ayurvédique elle était utilisée comme antiémétique, antidiarrhéique, antiinflammatoire et stimulant général. Les extraits de cannelle possèdent des activités antimicrobiennes, insecticides, acaricides, antimutagéniques. Dans la médecine traditionnelle indienne la cannelle aide à traiter le diabète. Une étude réalisée chez des patients diabétiques de type 2 a montré qu’après administration orale de 1, 2 ou 6 g par jour de cannelle encapsulée, la glycémie à jeun baisse de 18 à 29 %, les triglycérides de 23 à 30 % , le LDL-cholestérol (mauvais cholestérol) de 7 à 27 % et le cholestérol total de 12 à 16 %. Le bénéfice observé devient significatif après 40 jours de supplémentation et persiste 20 jours après l’arrêt.  La cannelle apparait au 4ème rang des aliments renfermant le plus d’antioxydants par portion de 100 g. Les polyphénols issus de la cannelle possèdent une activité antioxydante et potentialisent l’activité biologique de l’insuline : ils agissent en mimant l’action de l’insuline dans les adipocytes...

Lire la suite

Posté le 19 Avr, 2012 dans Aliments-santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 0 commentaires

La canneberge ou cranberry

La canneberge ou cranberry

Un bref rappel historique… La canneberge (Vaccinum macrocarpon) ou cranberry est un arbrisseau de la famille des Ericacées. Elle était déjà connue des Amérindiens longtemps avant l’arrivée des premiers colons : ils l’utilisaient pour prévenir et traiter les infections des voies urinaires, pour soigner les divers troubles du système digestif, du foie, des reins, du sang et sous forme de cataplasme pour le traitement des blessures. Les baies étaient également utilisées pour prévenir et soigner le scorbut. La canneberge fut rapidement adoptée par les Européens venus coloniser l’Amérique tant pour ses propriétés médicinales que pour ses usages culinaires. La composition de la canneberge La canneberge fraiche renferme 85 % d’eau, 3,7 % de glucides, des composés phénoliques (flavonoïdes, anthocyanosides et proanthocyanidols), des acides organiques et de la vitamine C. Les propriétés de la canneberge La canneberge augmente la résistance aux infections du tractus urinaire en empêchant les bactéries d’adhérer aux parois des voies urinaires et par conséquent d’y croitre. L’effet anti-adhésion a également des implications sur la formation de la plaque dentaire (en empêchant la bactérie Streptococcus mutans d’adhérer à la surface des dents) et l’inflammation des gencives. Les extraits de canneberge ont montré des propriétés anticancéreuses : ils inhibent la prolifération des cellules cancéreuses MCF-7 et MDA-MB-435 (cancer du sein) ainsi que des cellules tumorales de la prostate, du poumon, du colon, de l’utérus et de la leucémie. La consommation...

Lire la suite

Posté le 19 Avr, 2012 dans Aliments-santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 2 commentaires

Le curcuma

Le curcuma

Le curcuma (Curcuma longa), surnommé Safran des Indes, est une plante tropicale vivace de la famille des Zingibéracées (comme le gingembre).  Le rhizome séché et broyé produit une poudre d’un beau jaune-orangé, utilisée dans le curry, mélange d’épices indiennes, ainsi que comme colorant (code E100) dans les yaourts, glaces, confiseries… La composition du curcuma Le curcuma est un puissant antioxydant, grâce à une famille de composés : les curcuminoïdes (curcumine, déméthoxycurcumine, bisdéméthoxycurcumine), qui représentent 5 % du poids sec du rhizome. Ils sont également responsables de la coloration jaune-orangée de la poudre.   Les propriétés du curcuma Cette poudre est traditionnellement utilisée dans la médecine asiatique pour traiter les maladies du foie (hépatite, jaunisse…). Aux Philippines, le curcuma est utilisé pour ses propriétés antiseptiques, tandis qu’en Thailande c’est pour ses propriétés antiinflammatoires qu’il est consommé. La médecine chinoise utilise également le curcuma pour traiter les problèmes hépatiques, la congestion et les saignements. Au Vietnam c’est le traitement de choix de l’ulcère duodénal. Actuellement divers essais cliniques sont en cours sur les extraits de curcuma, dans le traitement du myélome multiple, du cancer pancréatique, du syndrome myélodysplasique, du cancer du colon, mais également dans le traitement de la maladie d’Alzheimer et du psoriasis. En pratique… La consommation de curcuma en tant qu’épice peut avoir des effets bénéfiques sur la santé de par ses propriétés antioxydantes et antiinflammatoires. N’hésitez pas à ajouter...

Lire la suite

Posté le 19 Avr, 2012 dans Aliments-santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 0 commentaires

Le chocolat

Le chocolat

Un brin d’histoire… Le cacaoyer, arbre dont est issu la fève de cacao, existait déjà 4000 ans avant J.-C. dans certaines zones tropicales d’Amérique du Sud, notamment dans les bassins de l’Amazonie et de l’Orénoque. Il aurait été domestiqué pour la première fois par les Mayas, qui le cultivaient il y a au moins 3000 ans dans la région du Yucatan, au Mexique. Les Mayas et les Aztèques utilisaient même les fèves de cacao comme unité de calcul et moyen de paiement. En 1735, le botaniste Karl Von Linné donne le nom de Theobroma cacao au cacaoyer, c’est-à-dire « Boisson des Dieux » en raison des origines mythiques que lui avaient attribuées les peuples précolombiens. Un peu de botanique… Le cacaoyer appartient à la famille des Sterculiacées. Cet arbre porte jusqu’à 500 fleurs par an, mais seules 1 à 2 % d’entre elles donneront le fruit : la cabosse. Celle-ci, de la forme d’un ballon de rugby, renferme 30 à 50 graines qui baignent dans un mucilage, et qui, après préparation adéquate, sont appelées fèves et donnent le cacao. Ainsi 20 kg de cabosses fraîches donnent 1 kg de fèves séchées. Un cacaoyer produit environ 500 g à 2 kg de fèves par an. La composition des fèves de cacao Les fèves de cacao sont constituées de 50 à 57 % de lipides, composant le beurre de cacao. Le chocolat tel que...

Lire la suite

Posté le 19 Avr, 2012 dans Aliments-santé, Découvrez les astuces pour manger sainement | 3 commentaires