La santé
par la nutrition

Categories Menu

La crise de goutte

Posté le 4 mai, 2012 dans Articles Santé, Conseils en santé et nutrition au quotidien | 0 commentaires

La crise de goutte

Causes et mécanismes

L’excès d’acide urique correspond à un trouble de la dégradation des purines pouvant induire une crise dite de «goutte».

L’acide urique en présence de minéraux (sodium) génère des cristaux d’urate de sodium précipitant dans le liquide synovial articulaire, liquide destiné à assurer une bonne lubrification des articulations : cette précipitation génère alors des phénomènes inflammatoires généralement douloureux. L’augmentation du taux d’acide urique dans le sang (uricémie) peut être liée à un excès de production ou  à un défaut d’élimination d’acide urique en lien avec un déséquilibre de la balance acido-basique. Les urates ayant une meilleure solubilité en milieu alcalin ou neutre, l’acidification provoque leur cristallisation et favorise leur précipitation.

 

Origines et prévalence

La prévalence de la goutte en France n’est pas connue : les dernières études datent de 1981. Elle est actuellement estimée à 1,4% environ. Peut-on dire qu’Hippocrate était un bon épidémiologiste ? Oui, si l’on considère qu’il a mis l’accent sur 3 facteurs de risque de la goutte bien connus aujourd’hui : le sujet âgé, le sexe masculin et la femme ménopausée. La goutte touche environ 1 % de la population des pays occidentaux et reste le rhumatisme inflammatoire le plus fréquent chez l’homme de plus de 40 ans.

Le facteur génétique est probable car  il touche dans 90 % des cas des hommes entre 30 et 50 ans. La femme n’est concernée qu’après la ménopause et dans 10% des cas. Il existe par ailleurs « l’hyperuricémie primitive (prédisposition génétique dans 18% des cas).

 

Plusieurs situations pathologiques peuvent expliquer une hyperuricémie :

  • Le Saturnisme (intoxication au plomb)
  • Les anémies hémolytiques
  • Les Hémopathies (polyglobulie de Vaquez, leucémies, myélomes …)
  • Les insuffisances rénales, les glomérulonéphrites aiguës
  • L’alcoolisme
  • Les régimes amaigrissants excessifs et/ou mal conduits à l’origine d’une perte de masse musculaire (catabolisme protéique)
  • Les régimes excessivement carnés

 

Certaines médications peuvent également être liées :

-       Diurétiques thiazidiques

-       Corticoïdes

-       Antibiotiques

-       Anticoagulants

-       Vitamine B12

 

 

Les conseils alimentaires dans le cas d’une crise de Goutte

L’efficacité du traitement se vérifie sur le contrôle du pH urinaire qui doit être entre 6,5 et 7.

  • Boire minimum 2 Litres par jour de boissons alcalinisantes
  • Arrêter les boissons alcoolisées : en particulier le vin blanc, la bière, le champagne
  • En cas d’amaigrissement : veiller à consommer des apports suffisants en protéines
  • Eviter les aliments riches en purines : abats (ris de veau, cervelle, foie, rognon, tripes, langue), poissons gras (anchois, sardine, hareng, anguille, œufs et laitances de poisson), charcuterie, gibier, viandes jeunes (agneau, veau, coquelet, dindonneau), extraits de viande (bouillon, jus, gelée), fromages très fermentés, mayonnaise, crème, sauces grasses, fritures, chocolat, cacao, champignon.
  • Limiter la consommation de : crustacés, coquillages, épinards, oseille, asperges, rhubarbe, figue sèche, produits laitiers, œufs.
  • Favoriser la consommer de végétaux (hormis ceux riches en purines), pour favoriser l’apport de sels désacidifiants naturellement présents dans ces aliments (citrates, malates…)

 Anthony Berthou

Références :

Revue du Rhumatisme, 2011, 78, S109-S115.

 

 

 

Teneur en purines de certains aliments (en mg pour 100g d’aliments)

 

Feuilles séchées de thé           1200

Cacao                                     1200

Ris de veau                            990

Muscle (viande)                     80 à 120

Anchois                                 465

Légumineuses                        50

Partagez cet article !

Facebook Twitter Google Plus

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>