La santé
par la nutrition

Categories Menu

Peut-on avoir encore confiance dans le label bio ?

Posté le 6 Août, 2021 dans Articles Santé | 0 commentaires

Peut-on avoir encore confiance dans le label bio ?

Il suffit d’observer le nombre de magasins spécialisés et les rayons des supermarchés pour constater que la vente de produits alimentaires d’origine biologique a explosé ces dernières années. Elle est passée de moins de 20 milliards de $ en 1999 à plus de 133 milliards d’euros dix ans plus tard. Selon l’Agence Bio, en 2020 la valeur des achats a progressé en France de 1,4 milliard, soit une croissance de +10,4% par rapport à 2019 pour atteindre 13,2 milliards d’euro1. En quinze ans, le marché a été multiplié par sept.

La France est désormais le troisième pays producteur de bio en Europe derrière l’Allemagne et l’Italie. La part de l’agriculture bio dans la surface agricole totale est passée de 6,5% à 7,5% au cours de la même période. Les Français sont en effet bien conscients de l’importance de privilégier des produits de qualité. 83% d’entre eux estiment que les produits bio sont meilleurs pour leur santé et 87% qu’ils préservent davantage l’environnement. Pour autant, plus de 6 Français sur 10 auraient des doutes quant à la fiabilité du label bio.

 

Une obligation de moyen et non de résultats

Au sein de l’Union Européenne, le logo de la feuille constituée des étoiles européennes (Eurofeuille) est le seul logo officiel depuis 2010, contrairement à ce que croient de nombreux Français identifiant le label AB comme étant la référence. Ce dernier n’a pourtant plus d’obligation à être mentionné sur les packaging hormis en restauration (le cahier des charges étant alors national et non européen), si ce n’est pour permettre aux consommateurs de conserver l’habitude de le repérer.

 

Agriculuture bio logo label

 

Qu’il s’agisse du label AB ou Eurofeuille, un élément demeure essentiel à appréhender : ils garantissent le respect d’un cahier des charges visant à une obligation de moyen et non de résultats. En d’autres termes, ils ne promettent en rien l’absence de pesticides ou de contaminants de synthèse, mais « uniquement » que le producteur a limité leur usage selon des conditions prédéfinies. De même, aucune exigence n’est demandée concernant la réduction des émissions de GES ou de l’empreinte hydrique. Il est donc tout à fait possible de cultiver des végétaux sous serre, dans une région aride et transportés par avion avant de les estampiller « bio » pour faciliter un achat bonne conscience. Difficile dès lors de le considérer comme un modèle de référence…

 

Périmètre du label bio européen

Le cahier des charges du label bio européen interdit l’utilisation des produits chimiques de synthèse dans les cultures. L’agriculteur peut utiliser les déchets organiques de son exploitation biologique comme engrais pour fertiliser ses terres (lisier, composts). Les produits transformés labellisés peuvent quant à eux contenir jusqu’à 5% d’ingrédients non bio et le seuil maximal de contamination par des OGM est de 0,9%. Concernant l’élevage, les animaux doivent être nourris à partir de matières premières d’origine biologique provenant de préférence de l’exploitation dans laquelle ils sont élevés. Le cahier des charges encadre aussi la reproduction en interdisant les traitements hormonaux et en autorisant l’insémination artificielle uniquement en tant que méthode de reproduction artificielle (le clonage et le transfert d’embryon sont interdits). Les animaux doivent par ailleurs avoir accès à des espaces de plein air ou de pâturage. La densité dans les espaces bâtis est également moindre par rapport à l’élevage intensif. Les temps de transport des animaux et la souffrance doivent de plus être réduits au minimum nécessaire.

 

Qu’en est-il des labels bio en provenance des autres pays ?

Pour disposer du label Eurofeuille, tout pays membre de l’Union Européenne doit donc répondre aux mêmes exigences. Concernant les autres pays, les cahiers des charges diffèrent. Le polysulfure de calcium, un fongicide, est par exemple autorisé aux États-Unis alors qu’il est interdit en France. A l’inverse, l’Europe est plus souple que les USA concernant le recours aux antibiotiques en cas d’infection.

Il existe depuis 2012 un accord permettant aux produits américains du NOP (National Organic Program) d’être étiquetés « bio » et vendus en tant que tel dans les États-membres de l’Union Européenne. Cette reconnaissance concerne 12 pays, autant concernant le cahier des charges que les systèmes de contrôle. Un produit certifié bio dans l’un des pays suivants peut donc être vendu librement sur le marché européen : Argentine, Australie, Canada, Corée du Sud, Costa Rica, États-Unis, Inde, Israël, Japon, Nouvelle-Zélande, Suisse et Tunisie. Un produit issu d’un autre pays ne peut quant à lui mentionner le label européen que s’il a été certifié dans son pays d’origine par un organisme de certification reconnu par l’Union Européenne. L’organisme Argentin Argencert est par exemple reconnu auprès des instances européennes et américaines, ce qui signifie qu’un produit certifié par l’agence peut être vendu sur le marché bio de l’Union Européenne et des États-Unis.

En Afrique, il n’existe actuellement pas de label réunissant le continent derrière une norme commune, mais uniquement des normes nationales et dans certains pays (Maroc, Tunisie, Burkina Faso, Burundi, Zambie, Zimbabwe, Afrique du Sud, Égypte, Ghana, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Ouganda). Pour les autres, les systèmes de certification ne sont pas reconnus par les pays importateurs, ce qui génère une suspicion quant à la pertinence de l’appellation « bio », à l’image de l’Union des Groupements des Producteurs de Bananes de Guadeloupe et de Martinique ayant dénoncé en 2017 les importations en provenance d’Afrique ou d’Amérique du Sud.

 

Le contrôle contre les fraudes, le véritable enjeu des labels

Le cœur de l’enjeu du bio concerne surtout l’application effective des normes relatives aux contrôles dans les pays n’appartenant pas à l’Union Européenne, en clair les risques de fraude. En théorie, les exploitations sont soumises aux mêmes rythmes de contrôle et d’audit. Si l’on s’en réfère aux statistiques, les producteurs français sont inspectés en moyenne 1,6 fois par an et 33% des visites sont inopinées. En Espagne, la moyenne est à une visite par an avec un taux de contrôle surprise de 17%. En Roumanie, 5 % des opérateurs sont contrôlés une fois par an et les visites impromptues représentent moins de 5% des cas. Or, au regard de la croissance du marché bio, le chant des sirènes peut être séduisant… Toute la difficulté demeure donc dans le fait de garantir au consommateur qu’un produit labellisé bio, quelle que soit son origine, est issu d’une agriculture respectant la réglementation, étant rappelé qu’il ne certifie pas l’absence de contaminations.

 

Ma conclusion relève du bon sens : en privilégiant des circuits courts, si possible en rencontrant les producteurs sur un principe d’échanges et de confiance, vous vous affranchissez d’un grand nombre de limites de ce label tout en soutenant une économie locale et à plus faible impact environnemental. . Il est d’ailleurs probable que vous découvriez des agriculteurs ayant fait le choix de ne pas être labellisés, mais appliquant des méthodes de travail parfois plus respectueuses de l’environnement que ce qu’impose le cahier des charges officiel (voir mon article : Comment devenir un colibri de la nutrition ?). Vous pouvez également vous orienter vers des labels privés, aux cahiers des charges plus exigeants, à l’image du label Bio Cohérence créé en 2010 à la suite de l’assouplissement du label officiel ou du label Demeter garantissant une agriculture en biodynamie.

Anthony Berthou

 

Sources :

(1) Agence Bio. Les chiffres clés. AgenceBio, 2020.

 

Découvrez d’autres articles sur le sujet

  • Quels sont les effets des pesticides sur la santé ?

    Quels sont les effets des pesticides sur la santé ?
  • Que penser des pesticides bio et du biocontrôle ?

    Que penser des pesticides bio et du biocontrôle ?
  • +23% de ventes de pesticides en France en 2020

    +23% de ventes de pesticides en France en 2020
  • Manger bio est-il meilleur pour la santé ?

    Manger bio est-il meilleur pour la santé ?

 

Partagez cet article !

Facebook Twitter LinkedIn

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *