La santé
par la nutrition

Categories Menu

Les dioxines et PCB : kesako ?

Les dioxines et PCB : kesako ?

Vous reprendrez bien un peu de dioxines ou de PCB avec vos œufs ? Vous rappelez-vous la polémique des lots contaminés au Fipronil ? Pour rappel, il s’agit d’un insecticide utilisé contre le pou rouge qui fut (espérons que l’emploi du passé se justifie) utilisé sur des poules pondeuses alors qu’il est normalement interdit pour les animaux destinés à l’alimentation humaine. Malheureusement, il ne s’agit pas du seul exemple de contamination. De manière générale, de nombreux polluants dont certains biocides utilisés pour l’alimentation des poules et métaux lourds sont solubles dans les graisses (voir mon article sur l’aluminium). Ils se retrouvent donc concentrés dans le jaune d’œuf, y compris bio. Une enquête menée par 60 Millions de consommateurs a mis le sujet sur la table médiatique en 2019, révélant des taux élevés de PCB et de dioxines dans les œufs bio du fait de la pollution de l’air et des sols. Cette situation est malheureusement déjà bien connue. De nombreuses publications scientifiques ont déjà objectivé la problématique de contamination des œufs par les polluants organiques persistants et les dioxines1–4. Il ne s’agit ici « que » d’une conséquence malheureusement logique de la pollution humaine. Les œufs bio ou issus de poulaillers familiaux n’échappent pas à la règle, bien au contraire5–7.   PCB et dioxines, kesako ? Les PCB font partie des polluants organiques persistants (POP). Ce sont des substances organochlorées dont l’usage est interdit...

Lire la suite

Posté le 18 Fév, 2021 dans Aliments-santé, Articles Santé, Conseils en santé et nutrition au quotidien | 0 commentaires

Le TMAO est-il responsable des risques cardiovasculaires ?

Le TMAO est-il responsable des risques cardiovasculaires ?

Si vous êtes sensibilisé(e) aux enjeux nutritionnels actuels, vous en avez certainement déjà entendu parler. Le TMAO (triméthylamine-N-oxyde) est un métabolite particulièrement impliqué dans les risques cardiovasculaires au regard des études de la dernière décennie1–9. Il pourrait en effet augmenter les risques d’AVC, de diabète de type 2, d’Alzheimer, de stéatose hépatique et de mortalité10–12. Mais qu’en est-il vraiment ?   Le TMAO : un déchet bactérien Le TMAO est un produit d’oxydation issu du foie à partir d’un composé synthétisé par les bactéries du microbiote intestinal, le TMA, lui-même métabolisé à partir de molécules alimentaires comme la choline, la phosphatidylcholine ou encore la L-carnitine. La concentration plasmatique en TMAO dépend donc fortement de la nature du microbiote intestinal. Ce dernier influerait de l’ordre de 3 à 4 fois plus les taux sanguins de TMAO comparativement à l’alimentation13. La suppression du microbiote chez la souris, stoppe par exemple la production de TMAO et réduit fortement les risques d’athérosclérose2. Il s’agit en quelque sorte d’un « déchet bactérien » issu de l’utilisation de ces nutriments, pris en charge par le foie avant d’être éliminé via les reins. L’état des fonctions rénales est d’ailleurs important à considérer lorsque l’on évalue les risques cardiovasculaires en lien avec un taux sanguin élevé de TMAO14–16. Ce dernier peut contribuer à l’augmentation des risques d’insuffisance rénale et de mortalité associée15.   Cause ou conséquence du risque cardiovasculaire ?...

Lire la suite

Posté le 18 Fév, 2021 dans Aliments-santé, Articles Santé, Conseils en santé et nutrition au quotidien | 0 commentaires

Les vertus nutritionnelles de l’oeuf

Les vertus nutritionnelles de l’oeuf

Pourquoi l’œuf est-il bien plus que du cholestérol ?   Une protéine alimentaire de référence A l’image de Rocky Balboa consommant ses œufs crus, l’œuf bénéficie à juste titre d’une réputation de source protéique d’excellente qualité. Il a d’ailleurs été considéré pendant très longtemps comme l’aliment protéique de référence au regard de son aminogramme, notamment grâce à la complémentarité des protéines du jaune et du blanc. Pour rappel, l’aminogramme quantifie la valeur en chaque acide aminé essentiel et permet ainsi de définir son indice chimique. Pour en savoir davantage sur l’importance de la qualité des protéines, je vous invite à lire mon article Que faut-il savoir sur les protéines ? Pour que la protéine d’œuf soit bien assimilée, le jaune doit être encore coulant et le blanc cuit (donc blanc). Lorsque le blanc est encore cru, l’albumine est en effet moins bien assimilée. De plus, une protéine spécifique, l’avidine, présente dans les blancs d’œufs crus se lie à la biotine, empêchant alors celle-ci d’être bien absorbée. A l’inverse, la cuisson permet d’inactiver l’avidine. Le jaune cuit (donc dur) est dénaturé par la cuisson, perdant alors de sa qualité et de sa digestibilité. Un œuf dur ou en omelette sera par exemple bien plus difficile à digérer qu’un œuf coque, mollet ou poché. J’ai également évoqué précédemment l’importance de la cuisson sur la préservation de la qualité des oméga 3 de l’œuf, surtout lorsqu’il...

Lire la suite

Posté le 18 Fév, 2021 dans Aliments-santé, Articles Santé, Conseils en santé et nutrition au quotidien | 0 commentaires

Forme chronique du Covid-19 : un nouvel exemple d’inflammation de bas-grade ?

Forme chronique du Covid-19 : un nouvel exemple d’inflammation de bas-grade ?

A l’heure où se pose la question de l’arrivée d’une seconde vague, peu d’espace médiatique est consacré aux conséquences de l’infection au COVID-19. Or, à ce jour, le nombre de cas de personnes présentant une forme persistante de la maladie ne cesse d’augmenter et atteindrait de 10 à 15% des patients. Il a été rapidement établi que l’infection au SARS-CoV-2 provoque, pendant la phase aiguë, une augmentation de cytokines pro-inflammatoires (TNFα, IL-1β, IL-6, IL-8, IL-17A, G-CSF et GM-CFS) activées par les chimiokines MCP-1, IP10 et MIP1α1. La sévérité du COVID-19 a été de plus été corrélée aux taux d’IL-17A, IL-6, IL-15, TNF-α et IFN-γ provoquant le fameux orage cytokinique2-4. Un tel profil cytokinique, notamment les taux élevés de TNFα, IL-1β, IL-6 et IL-8, correspond à celui retrouvé chez de nombreux patients souffrant d’inflammations chroniques, expliquant ainsi en partie les risques accrus de complications, voire de mortalité en cas de maladies cardiovasculaires5,6, d’obésité7-9, de diabète10-12 et d’hypertension artérielle13,14. Une étude parue dans JAMA le 27 Juillet dernier met par exemple en évidence que, sur 100 patients considérés comme guéris du COVID-19, 60% présentaient pourtant toujours une inflammation du myocarde et ce même en l’absence de plaintes15. Le virus SRAS-CoV-2 pénètre par ailleurs le cerveau via le nerf olfactif à la suite de son inhalation (expliquant la perte d’odorat ou anosmie) et par les récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), également exprimés au niveau...

Lire la suite

Posté le 2 Août, 2020 dans Actualités, Articles Santé | 0 commentaires

Comment composer vos menus au cours de la journée ?

Comment composer vos menus au cours de la journée ?

Voici mes conseils pour organiser vos menus au cours de la journée. Il s’agit donc ici d’un article « pratico-pratique » ! Les grands principes  Limitez au maximum les aliments à charge insuline élevée le matin au profit des graisses, des fibres et des protéines de qualité. Privilégiez un déjeuner selon le même principe que le petit déjeuner. Si vous le souhaitez, incorporez une collation de qualité pour stabiliser votre faim dans la journée. Le soir, optez pour un dîner à dominante végétarienne. Si vous faites une activité physique importante ou un entraînement, veillez à consommer des féculents après votre pratique (petit déjeuner si entraînement à jeun, déjeuner si séance dans la matinée ou entre 12 et 14h, dîner si vous vous entraînez plutôt en soirée). Pour plus d’infos, découvrez mes conseils sur la récupération après un effort. En pratique Petit déjeuner (si vous en prenez) 1. Une boisson non sucrée : thé (idéalement vert voire pu-erh), café (sans aluminium et selon tolérance), infusion ou eau. 2. 1 à 2 portions de protéines : Idéalement : 1 œuf coque (3min30) ou mollet (5min30) ou poché (3min) (garder le jaune coulant ou crémeux). Occasionnellement (à limiter au maximum) : 1 tranche de jambon, artisanal, cru de préférence (ou cuit d’origine biologique sans nitrites ou de la filière-bleu-blanc cœur). 50g de poisson. Éventuellement : 1 yaourt non sucré (soja, chèvre, brebis) ou 30g de fromage...

Lire la suite

Posté le 18 Juil, 2020 dans Articles Santé, Conseils en santé et nutrition au quotidien | 0 commentaires

La charte du Colibri de la Nutrition Positive

La charte du Colibri de la Nutrition Positive

Vous me demandez régulièrement une synthèse des conseils nutritionnels applicables au quotidien, intégrant autant les enjeux de santé individuelle qu’environnementaux. Voici donc la charte des Colibris de la Nutrition Positive. Elle reprend de manière pratique les principaux objectifs destinés à prendre soin de nous, de nos enfants et de la planète. Pour y contribuer activement, plus que de longs discours (je vous invite à (re)découvrir mon article Êtes-vous un colibri de la nutrition ?), voici les 10 engagements-clés que je vous propose.  J’ai initié cette idée de créer une charte nutritionnelle et environnementale dans le cadre de mon enseignement du cursus professionnel mais il m’apparait désormais essentiel de la partager au plus grand nombre. A vous de jouer ! 1. Je prends le temps de choisir, cuisiner et savourer. En conscience Je choisis mon alimentation en conscience, pour ma santé et celle de la planète. Je prends le temps de choisir mes aliments, de cuisiner, d’observer, de ressentir et de partager mon repas avec les gens que j’aime et en veillant à bien mastiquer : 20 min par repas est un minimum. Je fais le test de mastiquer 20 fois avant d’avaler et de poser ma fourchette entre chaque bouchée…. J’écoute mes sensations de faim et de satiété, mon appétit se régulera en conséquence. Je m’éloigne des sources de distractions quand je mange (téléphone, ordinateur, TV…). Je prends conscience à quel point...

Lire la suite

Posté le 24 Juin, 2020 dans Articles Santé | 2 commentaires